HAL will be down for maintenance from Friday, June 10 at 4pm through Monday, June 13 at 9am. More information
Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Prise en charge de l'hypothermie accidentelle par les urgentistes : étude rétrospective d'évaluation des pratiques au CHU de Montpellier

Résumé : Contexte : l’hypothermie est une pathologie dont l’incidence a tendance à être sous-estimée dans les contrées chaudes. Étant généralement considérée comme une pathologie secondaire, sa gravité est elle aussi méconnue. L’objectif de notre étude était d’évaluer les habitudes diagnostiques et thérapeutiques des équipes médicales du CHU, ainsi que d’estimer son épidémiologie locale. Méthode : étude rétrospective monocentrique ayant inclus tous les patients pris en charge pour hypothermie sévère ou modérée (< 32 °C) par les urgentistes du CHU de Montpellier du 1er janvier 2010 au 1er février 2020. Résultats : 25 patients en hypothermie sévère et 99 patients en hypothermie modérée ont été inclus sur cette période, soit une incidence cumulée de 3,1 cas/100 000 habitants/an. Les infections et les IMV étaient les 2 principales pathologies associées retrouvées (19.35 % chacune), toutes deux de pronostic favorable. La station au sol était le facteur favorisant principalement retrouvé (85 %). Le taux de survie toute cause confondue était de 68 %. Les facteurs de mauvais pronostic retrouvés étaient la profondeur de l’hypothermie à l’entrée en réanimation, un âge élevé et un score de Glasgow bas. Le site de mesure thermométrique privilégié était rectal (100 % en SMUR ; 98 % aux urgences). En pré-hospitalier, 52 % des patients n’ont pas reçu de mesure de température. Par conséquent, 33 % des patients n’ont pas bénéficié d’un réchauffement passif externe en SMUR, contre 1 % seulement aux urgences. Les perfusions réchauffées ont été utilisées chez 8 % des patients du SMUR et 32 % des patients aux urgences. Une sur-utilisation du remplissage a été mise en évidence. 7 patients ont bénéficié d’un cathéter de réchauffement et 4 d’une ECMO, mais aucun n’a été instauré avant la réanimation. En ce qui concerne la prise en charge des ACR, la durée moyenne de RCP était uniquement de 23.5 minutes. Seuls 2 patients ont eu une réanimation stoppée avant l’obtention d’une normothermie. L’adrénaline était utilisée par excès (3.94 mg par patient) au vu de la température. La moyenne de CEE effectués était inférieure aux préconisations des recommandations (0.75 par patient). Conclusion : notre étude met en évidence une insuffisance diagnostique et une méconnaissance des outils thérapeutiques à disposition des équipes médicales. Pour ces raisons, nous avons créé une fiche de synthèse permettant de corriger les erreurs que nous avons détectées, et ainsi optimiser la fréquence de diagnostic et parfaire l’usage des méthodes de réchauffement dont nous disposons. De plus, les cathéters de réchauffement et l’ECMO sont des méthodes d’avenir qu’il sera nécessaire d’inclure dans nos modalités de prise en charge futures.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03456506
Contributor : Faculté de Médecine Um Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Tuesday, November 30, 2021 - 10:00:00 AM
Last modification on : Tuesday, December 7, 2021 - 3:15:25 AM
Long-term archiving on: : Tuesday, March 1, 2022 - 6:22:51 PM

File

JAMMES Romain_thèse.pdf
Files produced by the author(s)

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NonCommercial - ShareAlike 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03456506, version 1

Collections

Citation

Romain Jammes. Prise en charge de l'hypothermie accidentelle par les urgentistes : étude rétrospective d'évaluation des pratiques au CHU de Montpellier. Médecine humaine et pathologie. 2021. ⟨dumas-03456506⟩

Share

Metrics

Record views

25

Files downloads

4