Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Étude de la population sous Levothyroxine depuis la crise du Levothyrox

Résumé : Introduction : par souci de manque de stabilité du Lévothyrox® (seul médicament contenant de la thyroxine en comprimé) l’agence nationale du médicament a demandé au laboratoire Merck de modifier sa formule (exclure le lactose) pour mars 2017. Suite à cette demande, d’autre molécules concurrentes ont vu le jour : la L-thyroxin Henning® par Sanofi, le Thyrofix® par Uni-pharma, le Lévothyrox® (nouvelle formule) (appelé ici Lévothyrox N) par Merck ainsi que la L-thyroxine® buvable par le laboratoire Serb. L’Euthyrox® a été également importé d’Allemagne dans le même temps. L’objectif de cette étude est donc d’étudier l’évolution de la prescription des hormones thyroïdiennes, ainsi que de comparer les données sociodémographiques des patients depuis cette rupture de monopole du marché. Matériels et méthodes : étude épidémiologique, descriptive et rétrospective qui a été menée sur des données sociodémographiques (âge, sexe, lieu de vie) de patients supplémentés en hormones thyroïdiennes. Ces données médicales proviennent du Système National d’Information Inter-Régimes de l’Assurance Maladie (SNIIRAM).19333 patients français résidents dans les Bouches du Rhône, ayant bénéficié d’au moins un remboursement de Lévothyrox® par l’assurance maladie de mars 2016 à mars 2017 ont été inclus dans l’étude. L’ensemble de leurs prescriptions d’hormones thyroïdiennes de mars 2017 à mars 2018 a été analysé. Au cours de l’étude, 3853 patients ont été exclus : 312 patients sont décédés, et 3541 ont eu une absence de délivrance de plus de 182 jours consécutifs, et ont été classés comme perdus de vue. L’analyse des données via le logiciel R studio, s’est déroulée en 2 phases : la première est l’étude de l’évolution des prescriptions d’hormones thyroïdiennes à 4 dates : T1 01/03/2017 ; T2 01/06/2017 ; T3 01/10/2017 et T4 01/03/2018 (chacune correspondants à la mise sur le marché d’une nouvelle molécule). La seconde a été la constitution de sous-groupes de patients en fonction de leur dernière molécule prescrite (Lévothyrox A, Lévothyrox N, Euthyrox, L-thyroxin Henning et Thyrofix) et la comparaison des caractéristiques sociodémographiques de ceux-ci grâce à une analyse univariée avec un test de Khi2. Résultats : au temps T2, seul un tiers de la population supplémentée utilise le Lévothyrox N. Cette population est d’ailleurs superposable à celle sous Lévothyrox A. Au temps T3, on peut apercevoir une inversion de la répartition des patients : 91.76% est désormais sous Lévothyrox N, et seul 8.24% de la population reste sous Lévothyrox A. Au temps T4, 80.4% des patients ont été mis sous Lévothyrox N, 14% sous L-thyroxin, 3.7% sous Euthyrox, 1.6% sous Thyrofix et 0.3% sont restés sous Lévothyrox Ancienne formule. Seul existe une différence significative homme-femme dans la population sous Euthyrox et L-thyroxin qui ne comptent respectivement que 9.6% et 10.06% d’hommes contre 14% dans le groupe Lévothyrox N et Thyrofix. Il n’existe pas de différence significative concernant l’âge et le lieu de vie des patients pour les autres sous-groupes. Discussion : ces résultats viennent corroborer les résultats de l’enquête menée par l’ANSM en mai 2018 (80% des patients sont restés sous Lévothyrox N). Cette étude est basée sur des données rétrospectives de remboursements des médicaments. Le choix d’exclure définitivement les perdus de vue a également été retenu pour éviter un biais de confusion. Cela limite le fait d’avoir la même prescription à 2 temps différents dans l’étude. Le nombre important de perdus de vue s’explique également par le vécu du patient: guérison, traitement inadapté, déménagement hors des Bouches du Rhône, changement de régime de sécurité sociale. Conclusion : l'étude des profils d'utilisation du Lévothyrox révèle que la majeure partie des patients (80.4%) ont accepté la transition vers le Lévothyrox Nouvelle formule. Il a été mis en évidence une surreprésentation des femmes chez les patients prenant d'autres hormones substitutives de la thyroïde que le Lévothyrox N (90% de femmes contre 80% d'hommes) : ces données peuvent laisser supposer que la réticence de passer à cette nouvelle formulation, touche plus les femmes que les hommes. Il serait intéressant de reproduire cette étude en 2021 afin de voir si la « tendance » de fuite du lévothyrox N est continue et si l’ajout de nouvelles molécules comme le Tcaps® viennent modifier cette répartition.
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03462113
Contributor : Faculté de médecine AMU Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Wednesday, December 1, 2021 - 4:20:13 PM
Last modification on : Wednesday, December 15, 2021 - 3:36:12 AM
Long-term archiving on: : Wednesday, March 2, 2022 - 7:56:16 PM

File

Thèse Flo.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03462113, version 1

Collections

Citation

Florian Latier. Étude de la population sous Levothyroxine depuis la crise du Levothyrox. Sciences du Vivant [q-bio]. 2021. ⟨dumas-03462113⟩

Share

Metrics

Record views

13

Files downloads

5