Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Lésions cervicales et freins à leur prise en charge en détention : une étude réalisée au centre pénitentiaire des Baumettes - Marseille

Résumé : Introduction : le cancer du col de l’utérus (CCU) est un cancer évitable dont l’incidence a diminué grâce à la prévention primaire par la vaccination et secondaire par le dépistage organisé par prélèvement cervicoutérin. Certaines catégories de femmes sont plus à risque de développer un CCU. C’est le cas des détenues chez qui la prévalence du CCU est plus élevée. Objectif : l’objectif principal de notre travail était d’estimer la prévalence des lésions cervicales chez les femmes incarcérées. L’objectif secondaire était d’identifier les freins à l’éventuelle prise en charge d’une lésion cervicale en détention en évaluant les connaissances des détenues sur le dépistage du CCU, sur l’existence de la vaccination et sur la prise en charge des lésions précancéreuses. Méthodes : la première partie de l’étude était descriptive et rétrospective issue des dossiers médicaux étudiant les prélèvements cervicoutérins (FCU) réalisés au sein de l’infirmerie de la maison d’arrêt des femmes au centre pénitentiaire des Baumettes à Marseille chez les femmes âgées de 25 à 65 ans. La deuxième partie de l’étude était qualitative et prospective et s’est déroulée au centre pénitentiaire des Baumettes. Les détenues volontaires et francophone, âgées entre 25 et 65 ans ont répondu à questionnaire composé d’un questionnaire de qualité de vie SF-12 et d’un questionnaire plus ciblé sur le dépistage du cancer du col de l’utérus et sa prise en charge. Résultats : entre Avril 2015 et Juin 2019, 201 FCU ont été recueillis, 135 étaient normaux (66,8%) et 33 non satisfaisants (16,3%). Il y avait 33 FCU anormaux soit 16%. Les patientes avaient une moyenne d’âge de 38,9 ans (+/-9,5 ans), une moyenne de 4,05 grossesses (+/- 2,7), et de 2,29 enfants (+/-1,85). Soixante-quinze pour cent des patientes étaient fumeuses, 23% d’entre elles consommaient du cannabis et 17,4% de la drogue par voie intraveineuse ou inhalée. Des troubles psychiatriques ont été retrouvés chez 52,2% d’entre elles. Dans la seconde partie de l’étude, parmi les 35 détenues interrogées, l’analyse du questionnaire SF-12 montre que le score PCS était en moyenne à 43,6 et le score MCS à 36,5. Les répondantes avaient une moyenne d’âge de 40,86 ans (+/-11,6), 74% d’entre elles étaient fumeuses. Après test de comparaison de moyennes, il est mis en évidence que l’incertitude du jour exact d’hospitalisation est un frein à la prise en charge pour 15 patientes présentant significativement un score MCS plus faible (p=0,047). La restriction d’activités lors d’une hospitalisation n’est pas un frein à la prise en charge chez ces mêmes patientes (p=0 ,69). En analyse univariée, le lien entre score MCS et le refus de prise en charge dû à l’incertitude sur la date d’hospitalisation est à la limite de la significativité (p=0,052). Conclusion : la prévalence d’un FCU pathologique est plus élevée au sein de la population carcérale. Le dépistage et la prévention sont acceptés par cette population. La prise en charge de la santé mentale combinée à la réorganisation du parcours de soins en détention sont des facteurs incontournables d’adhésion aux soins.
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03467870
Contributor : Faculté de Médecine Amu Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Monday, December 6, 2021 - 5:15:16 PM
Last modification on : Saturday, December 18, 2021 - 3:40:32 AM

File

Thèse.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03467870, version 1

Collections

Citation

Claire Delage de Luget. Lésions cervicales et freins à leur prise en charge en détention : une étude réalisée au centre pénitentiaire des Baumettes - Marseille. Sciences du Vivant [q-bio]. 2021. ⟨dumas-03467870⟩

Share

Metrics

Les métriques sont temporairement indisponibles