Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Étude de l’alexithymie chez des patients souffrant d’un trouble de l’usage d’opiacés stabilisé depuis 3 mois, sous traitement substitutif

Résumé : CONTEXTE : L’alexithymie est une dimension clinique transnosographique entretenant des relations étroites avec de nombreuses pathologies, notamment psychiatriques et addictologiques. Cette dimension a été largement étudiée dans la littérature scientifique, à l’exception des liens spécifiques entre alexithymie et trouble de l’usage d’opiacés (TUO). OBJECTIF : L’objectif principal de notre étude est de mesurer la prévalence de l’alexithymie au sein d’un échantillon de patients souffrant d’un TUO stabilisé depuis 3 mois et sous traitement substitutif aux opiacés. Les objectifs secondaires de l’étude sont de mesurer le score moyen à la TAS-20 de notre échantillon, de comparer les groupes de sujets alexithymiques et non-alexithymiques de notre échantillon, et de réaliser une analyse comparative de nos résultats avec une étude de la littérature sur le sujet (Guilbaud et al., 2002). MÉTHODE : Nous avons recruté 42 patients suivis en consultation ambulatoire dans le Service d’Addictologie du CHU Montpied à Clermont-Ferrand. Nous avons réalisé un recueil de leurs caractéristiques sociodémographiques, une évaluation de leurs caractéristiques psychiatriques (MINI DSM-IV) et addictologiques (DSM-V), ainsi qu’une mesure de leur alexithymie par la TAS-20. RÉSULTATS : La prévalence de l’alexithymie dans notre échantillon est de 35,7%, ce qui s’avère significativement supérieur à celle de la population témoin (20,7%). Le score moyen à la TAS-20 est de 49,7, ce qui est comparable à la population témoin, à l’exception de la sous-dimension « difficultés à identifier ses émotions » (DIF) et du score moyen des hommes. Par ailleurs, le score moyen des femmes de notre étude est significativement inférieur à celui des femmes toxicomanes non-stabilisées de l’étude LITTE. Nous retrouvons une association positive entre l’alexithymie et dépendance à l’alcool, ainsi qu’avec le nombre d’antécédents d’épisodes dépressifs majeurs. CONCLUSION : Les sujets souffrant d’un TUO stabilisé seraient plus alexithymiques que la population générale (catégoriel), et probablement moins alexithymiques (dimensionnel, femmes) que des sujets toxicomanes non-stabilisés. Cette différence est en grande partie liée à la composante émotionnelle de l’alexithymie (DIF). Chez ces sujets l’alexithymie primaire (trait) pourrait constituer un facteur de risque de développer une dépendance aux opiacés, et l’alexithymie secondaire (état) pourrait régresser suite à la stabilisation du TUO.
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03470444
Contributor : Santé UCA Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Wednesday, December 8, 2021 - 11:48:13 AM
Last modification on : Thursday, December 9, 2021 - 3:48:34 AM
Long-term archiving on: : Wednesday, March 9, 2022 - 6:30:44 PM

File

Thèse CHARPY Arnaud.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03470444, version 1

Collections

Citation

Arnaud Charpy. Étude de l’alexithymie chez des patients souffrant d’un trouble de l’usage d’opiacés stabilisé depuis 3 mois, sous traitement substitutif. Psychiatrie et santé mentale. 2020. ⟨dumas-03470444⟩

Share

Metrics

Record views

87

Files downloads

11