Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Vaccination anti-papillomavirus : pratique des médecins généralistes d’Occitanie Est depuis la recommandation HAS 2019 d’extension vaccinale à tous les garçons

Résumé : Contexte : les papillomavirus humains (HPV) sont responsables chaque année d’environ 6 300 nouveaux cas de cancers en France, dont 25 % surviennent chez les hommes. Il existe un vaccin anti-HPV ayant prouvé son innocuité et son efficacité dans la prévention des lésions précancéreuses du col utérin et de l’anus. Malgré cela, la couverture vaccinale reste très insuffisante, autour de 30 % des filles en 2020. La HAS a émis une recommandation en décembre 2019 d’élargissement de cette vaccination à tous les garçons, dans le but d’améliorer la couverture vaccinale en France. Celle-ci est entrée dans le calendrier vaccinal en janvier 2021. Méthode : une étude quantitative et descriptive a été menée par diffusion d’un auto-questionnaire en ligne, aux MG de l’ex-région Languedoc-Roussillon de juin à septembre 2021, afin de décrire leur pratique de la vaccination anti-HPV depuis la recommandation HAS de 2019. Résultats : 135 questionnaires ont été inclus. 85 % des médecins étaient très favorables à la vaccination anti-HPV et 93 % déclaraient toujours ou souvent proposer ce vaccin au cours d’une consultation pour rappel dTcaP ; mais ils étaient seulement 37 % à le proposer en rattrapage chez les HSH. En 2020, les médecins étaient 47,4 % à avoir vacciné des garçons et 71 % en 2021. Le fait d’exercer en MSP ou en cabinet de groupe était associé au fait de plus vacciner les garçons. 23 % des médecins trouvaient qu’ils essuyaient plus de refus des parents pour vacciner leur garçon plutôt que leur fille. 83 % pensaient qu’une information grand public pourrait améliorer la couverture vaccinale. Conclusion : la majorité des médecins interrogés était favorable à la vaccination anti-HPV et avait vacciné des garçons en 2021. Ils ont donc modifié leurs pratiques mais la vaccination universelle n’est pas encore pratiquée par tous. Dans cette étude, il existe un biais de sélection et la population d’étude était plus jeune et féminine qu’attendu. D’autres études seront donc nécessaires pour confirmer les résultats et voir si cette recommandation a eu un impact sur la couverture vaccinale. L’information grand public semble être un levier intéressant.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03474253
Contributor : Faculté de Médecine Um Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Wednesday, December 15, 2021 - 10:05:21 AM
Last modification on : Friday, December 17, 2021 - 3:15:26 AM

File

Thèse de médecine générale...
Files produced by the author(s)

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NonCommercial - ShareAlike 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03474253, version 1

Collections

Citation

Julie Blanchon. Vaccination anti-papillomavirus : pratique des médecins généralistes d’Occitanie Est depuis la recommandation HAS 2019 d’extension vaccinale à tous les garçons. Médecine humaine et pathologie. 2021. ⟨dumas-03474253⟩

Share

Metrics

Les métriques sont temporairement indisponibles