Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Pourquoi les femmes abordent peu l’incontinence urinaire avec leur médecin généraliste ?

Résumé : L’incontinence urinaire (IU), définie par l’ISC comme « la plainte de toute fuite involontaire d'urine » touche environ 1 femme sur 3 en France et la prévalence augmente avec l’âge. Cette pathologie a des répercussions délétères sur la qualité de vie des patientes, entrainant des complications physiques et psychiques. De plus, son poids financier n’est pas négligeable pour les patientes et l’Assurance Maladie. Ainsi, l’IU féminine est un réel problème de santé publique. Malgré́ ces répercussions majeures et les progrès thérapeutiques récents, le sujet reste peu abordé en consultation de médecine générale. L’objectif de cette thèse est d’identifier les freins à la prise en charge initiale de l’IU chez la femme adulte. Matériel et méthodes : il s’agit d’une étude qualitative avec analyse phénoménologique par théorisation ancrée.15 femmes résidant en régions Haute Normandie et Occitanie ont été interrogées lors d’entretiens semi-dirigés entre novembre 2019 et juin 2020. Résultats : plusieurs freins à la prise en charge de l’IU féminine ont été mis en évidence. En premier lieu, le sujet reste tabou car il touche la sphère uro-génitale et donc l’intimité de la femme, mais aussi par crainte de la stigmatisation. L’absence de sensibilisation de la population générale concernant l’IU, s’associe à l’effet néfaste de certains médias pour renforcer le tabou. De plus, la majorité des femmes considère l’IU, notamment à l’effort, comme une conséquence physiologique de la grossesse et de la ménopause, ne nécessitant pas de traitement. Afin d’améliorer la prise en soins de cette pathologie, les femmes insistent sur l’intérêt de la sensibilisation de la population par des campagnes d’informations, avec pour objectif de libérer la parole des patientes. Elles aimeraient aussi plus de prévention primaire. Le médecin doit lui avoir un rôle proactif en interrogeant ses patientes pour dépister l’IU. Conclusion : les obstacles pour aborder l’IU en consultation de médecine générale sont multiples, à la fois liés à la nature de la pathologie mais aussi au manque de connaissance des patientes et à la relation médecin-malade. L’information, ainsi que la prévention primaire et secondaire sont essentielles pour améliorer la prise en soins et doivent être développées.
Mots-clés : Dépistage Prévention
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03522431
Contributor : Faculté de Médecine UM Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Wednesday, January 12, 2022 - 9:48:54 AM
Last modification on : Friday, August 5, 2022 - 10:57:56 AM
Long-term archiving on: : Wednesday, April 13, 2022 - 6:30:28 PM

File

LEMONNIER Émilie_thèse_biff...
Files produced by the author(s)

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NonCommercial - ShareAlike 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03522431, version 1

Collections

Citation

Émilie Lemonnier. Pourquoi les femmes abordent peu l’incontinence urinaire avec leur médecin généraliste ?. Médecine humaine et pathologie. 2021. ⟨dumas-03522431⟩

Share

Metrics

Record views

39

Files downloads

31