HAL will be down for maintenance from Friday, June 10 at 4pm through Monday, June 13 at 9am. More information
Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

L'évaluation de la prise en charge des tendinopathies chez les triathlètes

Résumé : Introduction : le triathlon est un sport en plein essor depuis une décennie. Cette discipline aux multitudes de formats procure une grande hétérogénéité au sein même des triathlètes. 3 efforts différents regroupées en un seul sport, nécessitent un entrainement rigoureux, et met donc le corps à rude épreuve et accroit le risque de blessure. Il semblerait que la pathologie la plus fréquemment rencontrée dans le triple effort soient les tendinopathies. D’un point de vue physiopathologique, la tendinopathie se caractérise par une désorganisation de la matrice extra cellulaire et cellulaire, cependant nous ne retrouvons pas de composante inflammatoire dans le mécanisme physiopathologique. Les 3 principaux facteurs de risque de blessures dans le triathlon seraient la participation à des compétitions, avoir un antécédent de blessure et les erreurs d’entrainement. Certaines études montrent que plus de la moitié des triathlètes consultent leur médecin généraliste en premier lieux à l’apparition d’une blessure. Devant la place centrale qu’occupe le médecin généraliste, il semble licite d’évaluer sa prise en charge d’une tendinopathie chez un triathlète par rapport à un spécialiste. Notre travail permettra de caractériser la prise en charge des tendinopathies par un médecin généraliste, de décrire les spécificités des tendinopathies chez les triathlètes interrogés et de déterminer des facteurs permettant un retour à l’état antérieur à la blessure. Matériel et méthode : l’étude réalisée est observationnelle, descriptive, non interventionnelle, rétrospective et multicentrique auprès des triathlètes français. Résultats : 78 réponses ont été obtenue suite au questionnaire. 64% de nos athlètes déclarent avoir eu une blessure depuis la saison 2018-2019. Les blessures les plus représentées sont les tendinopathies avec un taux de 63%. La localisation achilléenne est retrouvée dans 41%. En ce qui concerne la sévérité de la tendinopathie, le stade 2 et 3 étaient tous les deux à 36,7%. Plus de la moitié des tendinopathies étaient isolées. Parmi les 3 disciplines du triathlon, la course à pied reste la plus traumatisante, en effet 94% des blessures sont apparues durant cet effort, 8,2% durant la natation et aucune blessure n’a été provoqué par le vélo. La grande majorité de nos triathlètes avait consulté un professionnel de santé (88%), dont 32% leur médecin généraliste et 28% un médecin du sport. L’examen complémentaire le plus prescrit reste l’échographie dans 81,3% des cas. Les 3 traitements les plus prescrits après la première consultation sont des séances de kinésithérapie, un repos strict et une prise d’AINS en cure courte. Un second avis a été pris dans 36% des cas, les professionnels de santé les plus sollicités sont les médecins du sport (23%). Les traitements les plus prescrits par ce second contact sont de la kinésithérapie avec de la physiothérapie, un repos strict et du glaçage. Pour ce qui est du délai de guérison, 56% des triathlètes ont retrouvé un niveau d'entraînement antérieur à 2 mois. Malheureusement, encore 18% des triathlètes souffrant d’une tendinopathie n’ont toujours pas retrouvé un entraînement optimal à la fin de notre étude. Nous avons pu mettre en évidence qu’une consultation avec un spécialiste en première intention ou en second avis n’influençait pas un retour à un état antérieur à 2 mois (p>0,05). Cependant, la prise d’AINS (p = 0,012) et le caractère isolé (p = 0,047) de la tendinopathie sembleraient être des facteurs de guérison à 2 mois. En revanche, notre étude n’a pas pu déterminer des facteurs de risque de blessures, en fonction du format des triathlons pratiqués, du volume horaire hebdomadaire d’entrainement, la présence de compétitions et le sexe. Conclusion : la tendinopathie caractérise la blessure la plus retrouvée dans le monde du triathlon. Elle nécessite donc une prise en charge complexe et adaptée à chaque triathlète. Nous avons montré l’absence de différence entre la prise en charge réalisée par un médecin généralise et un spécialiste sur le temps de récupération à 2 mois. La discipline la plus pourvoyeuse de blessure serait la course à pied. Nous avons trouvé 2 facteurs qui permettent un retour à un entrainement optimal à 2 mois, la prise d’AINS et le caractère isolé de la tendinopathie. Notre travail a pu décrire la place du médecin généraliste, comme acteur de soins principal dans la prise en charge complexe et la prévention de la tendinopathie, qui ne possède pas encore de protocole thérapeutique clairement identifié à ce jour.
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03550476
Contributor : Faculté de Médecine Amu Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Tuesday, February 1, 2022 - 10:03:05 AM
Last modification on : Wednesday, February 9, 2022 - 3:38:38 AM
Long-term archiving on: : Tuesday, May 3, 2022 - 8:43:40 AM

File

 Restricted access
To satisfy the distribution rights of the publisher, the document is embargoed until : 2023-02-01

Please log in to resquest access to the document

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03550476, version 1

Collections

Citation

Maxence de Parisot de Bernecourt. L'évaluation de la prise en charge des tendinopathies chez les triathlètes. Sciences du Vivant [q-bio]. 2022. ⟨dumas-03550476⟩

Share

Metrics

Record views

16