HAL will be down for maintenance from Friday, June 10 at 4pm through Monday, June 13 at 9am. More information
Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Vaccination anti-papillomavirus : évaluation des pratiques et des opinions des médecins généralistes de Normandie

Résumé : L'HPV est responsable de 6300 nouveaux cas de cancers par an en France. Il touche principalement les femmes avec près de 3000 nouveaux cas de cancers du col de l'utérus en 2018. Toutefois 25% de ces cancers HPV induits surviennent chez les hommes. Des moyens de prévention existent pour lutter contre ces virus. La vaccination anti-HPV en est un, elle a prouvé son innocuité et son efficacité dans la prévention des lésions précancéreuses. Le taux de couverture vaccinale reste à ce jour encore insuffisant et n'atteint pas les objectifs fixés par le plan Cancer 2014-2019. C'est en partie pour cela que la HAS a émis en décembre 2019 de nouvelles recommandations qui consistent à élargir cette vaccination à tous les garçons. Objectif : l'objectif principal de cette thèse était d'évaluer les pratiques et les opinions des médecins généralistes de Normandie au sujet de la vaccination anti HPV dans les deux sexes. Méthode : il s'agit d'une enquête descriptive et quantitative réalisée par diffusion d'un auto-questionnaire en ligne aux internes de médecine générale, médecins généralistes installés et remplaçants d'Eure et de Seine-Maritime de novembre 2020 à janvier 2021. Résultats : 137 questionnaires ont été inclus. La majorité des médecins jugeait la vaccination anti-HPV utile voir très utile, que ce soit chez les filles, les HSH ou les garçons de 11 à 14 ans. 76% des médecins déclaraient la proposer toujours aux jeunes filles. Seulement 35% la proposaient au moins le plus souvent aux garçons de 11 à 14 ans et moins de la moitié en ce qui concerne les HSH. Une minorité de médecins émettait encore des doutes sur la sécurité et l'efficacité du vaccin. Le manque d'information et de formation, les difficultés à aborder le thème de la sexualité et l'aspect chronophage de l'argumentation de la vaccination ont été les principaux freins retrouvés. L'amélioration de la couverture vaccinale passaient selon eux, par une amélioration de la campagne de vaccination ainsi que la mise en place de mesures d'information des parents. Conclusion : la plus grande partie des médecins interrogés sont favorables à la vaccination anti-HPV mais la vaccination universelle n'est pas encore pratiquée par tous. Proposer la vaccination et répondre aux préoccupations des patients est l'un des moyens pour améliorer l'acceptation vaccinale. La mise en place d'une consultation de santé sexuelle pour les adolescents pourrait être une occasion privilégiée d'aborder des thèmes de prévention et d'informer sur la vaccination anti-HPV. D'autres études sont encore nécessaires pour évaluer l'impact de la généralisation de la vaccination notamment sur la couverture vaccinale.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03633567
Contributor : Claire Leboeuf Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Thursday, April 7, 2022 - 9:33:47 AM
Last modification on : Sunday, April 17, 2022 - 3:34:27 AM

File

Héran_Emilie.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03633567, version 1

Citation

Émilie Heran. Vaccination anti-papillomavirus : évaluation des pratiques et des opinions des médecins généralistes de Normandie. Médecine humaine et pathologie. 2022. ⟨dumas-03633567⟩

Share

Metrics

Record views

21

Files downloads

3