HAL will be down for maintenance from Friday, June 10 at 4pm through Monday, June 13 at 9am. More information
Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Ischémies mésentériques aiguës : quels sont les facteurs de retard diagnostique rencontrés aux urgences ?

Résumé : Introduction : l’ischémie mésentérique aiguë (IMA) est peu fréquente et souvent diagnostiquée tardivement, à l’origine d’un pronostic catastrophique. Les objectifs de cette étude étaient de rechercher des facteurs de risque de retard diagnostique, et d’analyser les conséquences en termes de morbi-mortalité, chez les patients admis aux urgences pour une IMA. Méthodes : tous les patients présentant une IMA, entre Janvier 2015 et Aout 2020, au sein du service d’accueil des urgences de 2 centres hospitalo-universitaire de Marseille, ont été rétrospectivement inclus. 2 groupes étaient identifiés en fonction du délai diagnostique, défini par une durée inférieure ou supérieure à 6h entre l’arrivée aux urgences et la réalisation du scanner. Les données démographiques, cliniques, biologiques, scannographiques ainsi que la morbidité post opératoire et la mortalité étaient recueillies. Résultats : 119 patients (âge moyen 71 ± 7 ans) ont été inclus. Le délai diagnostique moyen était de 7h ± 6 [0-24], à l’origine d’un retard diagnostique pour 33 patients (28% ; délai moyen = 14 ± 6 heures). Les patients du groupe retard diagnostique étaient significativement associés à une présentation clinique différente concernant la douleur abdominale présente seulement chez 73% des patients (vs 89% des patients du groupe précoce, p=0,003) et la défense abdominale présente chez 33% des patients (vs 43%, p=0,03). Ils étaient également associés à un taux de lactate moins important à 4 ± 2 mmol/l (vs 6 ± 7 mmol/l, p=0,03). Les patients diagnostiqués tardivement avaient une tendance à être associés à un taux de revascularisation moins important (9% vs 17%, p=0,4), une morbidité chirurgicale majeure plus fréquente (90% vs 57%, p=0,1), une durée moyenne de séjour plus prolongée (16 ± 23 vs 13 ± 15 jours, p=0,4) et, à long terme, un taux de syndrome de grêle court plus important 18% vs 7%, p=0,095), que les patients diagnostiqués précocement. Conclusion : l’IMA reste un défi pour le clinicien. Les antécédents du patient, l’examen clinique, et les examens biologiques sont à eux seuls insuffisants pour poser le diagnostic d’IMA. De nouveaux biomarqueurs, et une sensibilisation des médecins urgentistes, apparaissent indispensables pour améliorer le diagnostic de l’IMA.
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03644505
Contributor : Faculté de Médecine Amu Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Tuesday, April 19, 2022 - 11:36:16 AM
Last modification on : Wednesday, April 20, 2022 - 3:33:06 AM

File

The`se final.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03644505, version 1

Collections

Citation

Julie Martin. Ischémies mésentériques aiguës : quels sont les facteurs de retard diagnostique rencontrés aux urgences ?. Sciences du Vivant [q-bio]. 2022. ⟨dumas-03644505⟩

Share

Metrics

Record views

30

Files downloads

3