HAL will be down for maintenance from Friday, June 10 at 4pm through Monday, June 13 at 9am. More information
Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Habitudes de prescription d'AINS en médecine générale et impact du SARS-CoV2

Résumé : Introduction : les AINS sont des médicaments dits symptomatiques, utilisés dans les états inflammatoires, douloureux et/ou fébriles. Leur utilisation expose à de nombreux effets indésirables, justifiant des règles de bon usage. Parmi ces effets indésirables, le rôle aggravant des AINS au cours des infections a longtemps été discuté. Récemment, des expertises de pharmacovigilance, française puis européenne, ont confirmé ce risque. En parallèle, les premières études sur les effets des AINS au cours de la COVID-19 ont présenté des résultats parfois divergents. C’est dans ce contexte d’incertitude que les médecins généralistes ont dû aborder la prescription d’AINS. L’objectif de cette thèse était donc double, évaluer leurs habitudes de prescription et connaitre l’effet de la pandémie sur leurs comportements d’utilisation. Méthode : il s’agissait d’une étude observationnelle, descriptive, rétrospective et transversale évaluant les habitudes de prescriptions d’AINS des médecins généralistes des Bouches-du-Rhône, du Var et du Vaucluse. Les données ont été recueillies, via un questionnaire envoyé par mail, du 24 novembre 2021 au 24 janvier 2022, auprès de 315 médecins. Ce questionnaire les interrogeait sur leurs habitudes de prescription en général (aisance, durée, recherche de terrain à risque ...), sur l’information donnée au patient et enfin sur l’effet de la crise sanitaire. Résultats : au total, 91 médecins ont été inclus dans l’étude. Quel que soit le patient, les antécédents cardiaques n’étaient vérifiés de façon systématique que par 61.5% des médecins interrogés, et l’existence d’une créatininémie récente par 40.7%. Les médecins informaient, d’ailleurs, plus les patients à risque mais cela restait insuffisant notamment en ce qui concerne la prévention du risque rénal. Lors de la crise sanitaire, ils ont diminué leur durée moyenne de prescription et ont renforcé leurs mesures de prévention des risques. Les alertes de pharmacovigilance ont entrainé 75% des médecins qui prescrivaient des AINS dans d’autres situations infectieuses (ORL notamment) à diminuer voire à arrêter ce type de prescription. Conclusion : les médecins généralistes ne sont pas suffisamment sensibilisés aux règles de bon usage des AINS ni au mesure d’information, de prévention et de surveillance. Il semble tout de même que la crise sanitaire a permis de rappeler leur nocivité, notamment en situation infectieuse. Dans la lignée des alertes sanitaire liées au SARS-CoV2, il serait judicieux de poursuivre les mesures de prévention auprès des médecins prescripteurs mais aussi des patients.
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03662514
Contributor : Faculté de Médecine Amu Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Monday, May 9, 2022 - 1:36:52 PM
Last modification on : Thursday, May 12, 2022 - 3:38:02 AM

File

Thèse MULLER Guillaume - Habi...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03662514, version 1

Collections

Citation

Guillaume Muller. Habitudes de prescription d'AINS en médecine générale et impact du SARS-CoV2. Sciences du Vivant [q-bio]. 2022. ⟨dumas-03662514⟩

Share

Metrics

Record views

0

Files downloads

0