Michel Parmentier : le bruit du silence

Résumé : L'artiste peintre Michel Parmentier a surtout été connu lors de sa brève association dite "BMPT" (Buren Mosset Parmentier Toroni) sur le devant de la scène artistique de 1967. Il s'agit ici de retracer ses débuts et de montrer son évolution à travers le temps et ses rencontres avec d'autres artistes (Hantaï, van Velde), tendances (l'expressionnisme abstrait, la peinture lyrique, l'art minimal...). L'exposition à la Galerie Fournier en mars-avril 2007 a permis de montrer de nombreuses toiles inconnues jusqu'alors d'où le questionnement : Michel Parmentier serait-il un peintre du retrait, voir même du silence ? L'étude des toiles est d'ordre chronologique et complétée par des éléments biographiques. Ces éléments ont été gracieusement donnés par Lucie Scheler qui fût sa compagne pendant de longues années. Bien que Parmentier commence par peindre des toiles abstraites, son engagement artistique et politique l'amène à la contestation. En effet, il décide de réduire l'art à son strict minimum (toile libre) en réduisant par-là même le geste du peintre à son anonymat (peinture à la bombe étalée de façon mécanique et répétitive). Ce geste naît à travers les manifestations aux côtés de Buren, Mosset et Toroni. Buren fait des rayures, Mosset des ronds, Parmentier des bandes et Toroni des traces de pinceaux. Sa volonté le pousse même à continuer seul ce chemin, cet "insistant monologue de muet" comme il le qualifiait lui-même. Ses bandes constituent toute sa peinture, le pli aussi qui en est une étape importante. En fait, l'un ne va pas sans l'autre. Parmentier invente une technique bien à lui dont il ne fera jamais défaut. Il s'arrête de peindre pendant quinze ans comme pour continuer sa réflexion non pas sur la toile mais dans ses pensées. Pour lui, c'était la suite logique des choses. Entre 1968 et 1983, il n'y a pas de peintures mais celles-ci nous manquent cruellement. Son grand retour était attendu avec impatience. Il reprendra d'ailleurs où il s'était arrêté (1966 : bandes bleues, 1967 : bandes grises, 1968 : bandes rouges, 1983 : bandes noires). Il reprend "la lancinante fascination du geste couvrant pour rien". À la surprise de tout le monde, en 1988, il change de support et même de peinture. Il utilise alors des feuilles de papiers calques et des bâtonnets d'huile blancs. Mais sa technique reste la même, il plie et peint ses bandes (la partie en réserve n'étant pas peinte, une fois dépliée, il en résulte des bandes), d'où le titre de ce mémoire qui veut rappeler cette impression que donnent les toiles de Parmentier : plus il tente d'être transparent, plus il est voyant : Michel Parmentier, le bruit du silence.
Type de document :
Mémoires
Art et histoire de l'art. 2007
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [2 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00277845
Contributeur : Uga Ufr Arsh <>
Soumis le : mercredi 14 mai 2008 - 16:39:33
Dernière modification le : lundi 29 octobre 2018 - 23:04:02
Document(s) archivé(s) le : vendredi 25 novembre 2016 - 22:06:37

Identifiants

  • HAL Id : dumas-00277845, version 1

Collections

Citation

Sabine Emptaz Collomb. Michel Parmentier : le bruit du silence. Art et histoire de l'art. 2007. 〈dumas-00277845〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

1356

Téléchargements de fichiers

2403