Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Le graffiti : de la rue à une reconnaissance institutionnelle ?

Résumé : Le graffiti possède de nombreuses caractéristiques permettant de reconnaître une pratique artistique. C'est notamment une pratique expressive, relativement coordonnée à l'intérieur d'un groupe. Sa particularité, qui fait sa force et sa rareté, est de ne pas toujours créer en référence à un public, une réception, une audience. En revanche si cet art n'est pas reçu dans le système officiel de l'art contemporain, c'est qu'il est éminemment stéréotypé. Il recoupe en ce sens certaines formes primitives d'art, comme elles, il joue avec les règles sans trop s'en écarter et approfondit tous les moyens du médium. Le graffiti est effectivement très répétitif, il est limité par son médium, ses surfaces et par le geste même. Cette forme d'art n'est pas recevable dans le cadre intellectuel d'un art fondé sur la rupture, le déplacement et l'originalité à tout prix. Cette difficile intégration du graffiti dans le système de l'art n'a rien d'étonnant puisqu'il développe des valeurs totalement différentes. Néanmoins lorsqu'il se rapproche de ce milieu, c'est soit sur la manière d'un devenir savant de l'art populaire comme ce fut le cas avec Basquiat, soit en incorporant une dimension de stéréotype publicitaire tel que l'œuvre de Keith Haring. Le graffiti témoigne d'une culture propre, puisant ses racines dans le Hip Hop américain. Culture populaire n'ayant de cesse de réaffirmer son autonomie, le Hip Hop a su réinvestir la rue par de nouveaux modes d'expression. Parmi eux, le graffiti affiche ses mots, sorte de nouvelle langue urbaine, tout en les dotant d'une dimension picturale singulière et surprenante. Cette culture de l'image, désormais dominante dans les villes, est la source essentielle du travail des graffeurs. Leurs qualités techniques et artistiques témoignent de leur créativité. Pourtant, au vu de l'enquête menée, rien n'est plus difficile pour ces individus que de faire reconnaître leurs compétences comme un art à part entière. Mais puisque l'art n'attire pas les foules, l'art descend dans la rue et s'auto désigne comme art : c'est la mission que semble s'assigner les graffeurs à travers leur discours. Ils intègrent et assument ainsi publiquement le caractère délinquant de leur pratique. Cette éthique du comportement urbain et artistique, si elle garantit au graffiti son autonomie, ne peut cependant subsister en l'absence d'une forme de légitimation, qu'elle provienne du public, des pouvoirs publics ou de la sphère artistique elle-même. C'est donc l'enjeu actuel des graffeurs que de faire accepter le graffiti comme oeuvre, au prix d'une modification des comportements et de la pratique. Devant l'engouement suscité par un tel mode d'expression, les graffeurs deviennent de plus en plus nombreux. Les rivalités sont fréquentes car les groupes qui se forment sont bien souvent en compétition. Ils peinent ainsi à se structurer pour parler d'une seule voix à des interlocuteurs souvent peu compréhensifs ou hésitants (municipalités, DRAC, mécènes...). Un enjeu se dessine autour de la définition même du graffiti et des formes de sa pratique. Sans nier des origines communes et indissociables, des écarts de comportement, de pratique et de stratégie se creusent entre les graffeurs en quête de légitimité et les " arracheurs ". Entre autonomie et légitimation, le chemin semble étroit pour ces graffiti artists.
Complete list of metadatas

Cited literature [20 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00277903
Contributor : Uga Ufr Arsh <>
Submitted on : Wednesday, May 7, 2008 - 3:03:31 PM
Last modification on : Friday, July 17, 2020 - 8:26:36 AM
Long-term archiving on: : Friday, May 28, 2010 - 5:35:49 PM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-00277903, version 1

Citation

Karim Miladi. Le graffiti : de la rue à une reconnaissance institutionnelle ?. Art et histoire de l'art. 2007. ⟨dumas-00277903⟩

Share

Metrics

Record views

1444

Files downloads

18407