Fin de vie en hospitalisation à domicile‎ : acteurs : médecin généraliste, médecin coordonnateur, équipe HAD - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2011

Fin de vie en hospitalisation à domicile‎ : acteurs : médecin généraliste, médecin coordonnateur, équipe HAD

Abstract

The demand from 80% of French to die at home is still not covered. Home medical care, led by the general practitioner, provides an appropriate response to this request. The objective of this study was to find, among general practitioners, ways to improve the teamwork, in end-of-life at home. We interviewed 20 general practitioners of patient, in palliative cares, died at home, over a period of six months. We used a questionnaire and collected all their remarks. The way of communication most used by general practitioners, was the phone. Only 50% of them had already made common visit with the coordinator practitioner, but 55% was favorable to this practice. The coordinator doctor's role was not well known. 65% of general practitioners thought know well home medical care but 55% thought that learning about his functioning would be useful. Finally, 85% felt that home medical care had a role in continuing medical education. There are no ideal means to communicate: general practitioners are asking more dialogue. Continuing education seems to be a good way to communicate and get to know each other. Practitioners unfamiliar with the role of home medical care and his actors, thus they are struggling to position themselves within the team.
Le souhait de mourir à domicile, exprimé par 80% des Français est une demande mal couverte. L'hospitalisation à domicile (HAD), dont le médecin généraliste est le pivot, apporte une réponse adaptée à cette demande. L'objectif de ce travail était de trouver auprès des médecins généralistes des moyens d'améliorer le travail d'équipe dans la prise en charge des fins de vie en HAD. Nous avons interrogé 20 médecins traitants de patients, en soins palliatifs, décédés en HAD sur une période de 6 mois. Nous nous sommes intéressés leurs propositions pour améliorer le travail d'équipe. Nous avons utilisé un questionnaire et recueilli l'intégralité de leurs remarques. Le moyen de communication le plus utilisé par les généralistes était le téléphone. Seulement 50% d'entre eux avaient déjà fait des visites communes mais 55% étaient plutôt favorable à cette pratique. Le rôle du médecin coordonnateur était assez mal connu. 65% des médecins interrogés estimaient bien connaitre le fonctionnement de l'HAD mais 55% trouveraient utile une formation sur son fonctionnement. Enfin, 85% estimaient que l'HAD avait un rôle dans la formation continue. Il n'y a pas de moyen de communication idéal : les généralistes sont demandeurs de plus de concertation. La formation continue semble être un bon moyen de communiquer et de se connaître. Les médecins connaissent mal le rôle de l'HAD et de ses intervenants, ainsi ils ont du mal à se positionner au sein de l'équipe.
Fichier principal
Vignette du fichier
2011GRE15105_boucher_marie_1_D_.pdf (2.04 Mo) Télécharger le fichier

Dates and versions

dumas-00644075 , version 1 (23-11-2011)

Identifiers

Cite

Marie Boucher. Fin de vie en hospitalisation à domicile‎ : acteurs : médecin généraliste, médecin coordonnateur, équipe HAD. Médecine humaine et pathologie. 2011. ⟨dumas-00644075⟩
247 View
2173 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More