Étude des répercussions de l'indigence sur le suivi des personnes vivant avec le VIH/SIDA sous traitement antirétroviral, au Centre de Traitement Agréé de l'hôpital Laquintinie de Douala (Cameroun) - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2011

Étude des répercussions de l'indigence sur le suivi des personnes vivant avec le VIH/SIDA sous traitement antirétroviral, au Centre de Traitement Agréé de l'hôpital Laquintinie de Douala (Cameroun)

Abstract

Background. In Cameroon, where virtually 40% of the population lives below the poverty line, the prevalence of HIV is estimated at 5.3%. Since 2007, access to antiretroviral treatment (ART) is free. Is it enough so that people living with HIV (PLHIV) may medically be well managed? The aim of this study was to determine whether indigence was predictive of a therapeutic failure. Methods. Indigence was defined using a specific evaluation grid. The primary outcome was the occurrence of an immunologic failure. All patients who were over the age of 18 and who initiated their ART in 2008 were included in the study. But patients who had post-exposure prophylaxis or initiated their ART within the framework for prevention of mother-to-children transmission were excluded from this study. Results. One hundred and thirty eight patients were involved in the study, in a women to men ratio of 3.6. Forty-two percent of this group were indigent. At the start of the ART, the age was 34, the rate of CD4 was 173 cells/mm3, and 67% of the patients were at the WHO stage 3 or 4. The length of follow-up was 32 months. Indigence did not have a significant impact on the failure rate (10.3% of the indigent patients versus 8.8% of the non indigent, p-value=0.75). Conclusions. This study allowed to point out the difficulties of a medical follow-up care on the long run, for the most impoverished PLHIV. An early targeting of the indigent would enable an individual caring system to be put into place, for those patients who highly incur the risk of a breaking-off in their follow-up care.
Introduction. Au Cameroun, où presque 40% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, la prévalence du VIH est estimée à 5,3%. Depuis 2007, l'accès au traitement antirétroviral (TAR) est gratuit. Est-ce suffisant pour que toutes les Personnes Vivant avec le VIH/SIDA (PvVIH) soient bien prises en charge d'un point de vue médical ? L'objectif principal de cette étude était de déterminer si l'indigence était un facteur prédictif de survenue d'échec thérapeutique. Méthodes. L'indigence était définie à l'aide d'une grille d'évaluation spécifique. Le critère de jugement principal était la survenue d'un échec immunologique. Les critères d'inclusion étaient : âge supérieur à 18 ans et initiation du TAR en 2008. Les critères d'exclusion étaient : prophylaxie post-exposition ou prévention de la transmission mère-enfant. Résultats. Cent trente-huit patients ont été inclus avec un sex-ratio (femme/homme) de 3,6. Quarante-deux pour cent des patients inclus étaient indigents. A l'initiation du TAR, l'âge était de 34 ans, le taux de CD4 était de 173 cellules/mm3 et 67% des patients étaient aux stades 3 ou 4 de l'OMS. La durée de suivi sous TAR était de 32 mois. Treize patients (9,4%) étaient en échec thérapeutique. L'indigence n'avait pas d'impact significatif sur le taux d'échec (10,3% des patients indigents versus 8,8% des non indigents, p=0,75). Conclusion. Cette étude a permis de soulever les difficultés d'un suivi médical sur le long cours pour les PvVIH les plus démunies. Un ciblage précoce des indigents permettrait la mise en place d'un système d'accompagnement individuel de ces patients à haut risque de rupture de suivi.
Fichier principal
Vignette du fichier
2011GRE15108_cuchet_francois_1_D_.pdf (7.01 Mo) Télécharger le fichier
Loading...

Dates and versions

dumas-00645722 , version 1 (28-11-2011)

Identifiers

Cite

François Cuchet. Étude des répercussions de l'indigence sur le suivi des personnes vivant avec le VIH/SIDA sous traitement antirétroviral, au Centre de Traitement Agréé de l'hôpital Laquintinie de Douala (Cameroun). Médecine humaine et pathologie. 2011. ⟨dumas-00645722⟩
158 View
1045 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More