La Conscience et la religion civile. Éthique et Politique chez Rousseau - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2012

La Conscience et la religion civile. Éthique et Politique chez Rousseau

Abstract

The contradiction with oneself is the primary condition which makes possible these two actions: the judgement of goodness and badness and the choice of a behavior, based on this judgement; then, we can see this condition as a threshold to the dimension of moral. In this article, we try to bring out this primary-moral premise from one of the most famous political writing of Rousseau, the 'Social Contract' (1762). We can find this condition (the contradiction with oneself) in the two places of the 'Social Contract': one, in a note of the third chapter of the second book; the other, in the eighth chapter of the fourth book entitled "On the Civil Religion". In the former, the condition will be found in a text in which Rousseau explains the relation between the "general will" and the "particular will". In the latter, the expression "sentiment de sociabilité" used in the chapter will show us the condition.
L'auto-contradiction peut être entendue comme la première condition qui rend possible les deux actes suivants : juger si un comportement est bon ou mauvais ; et choisir un certain comportement, en se basant sur le jugement antérieur. Ainsi, nous pouvons regarder cette auto-contradiction comme un seuil qui nous fait entrer dans l'ordre de la morale. Notre but consiste, donc, à mettre en lumière ce seuil qui se trouve dans le 'Contrat social' (1762). Pour ce faire, notre travail s'articulera en trois étapes. Tout d'abord, il s'agira de préciser la structure de l'auto-contradiction, en prenant exemple de l'opposition entre deux volontés, qui s'élève à l'intérieur de l'homme ('Émile', l. IV) ; et également, d'éclaircir comment la "conscience" en tant que sentiment intérieur nous fait connaître cette contradiction. Puis, nous analyserons une note du 'Contrat social' (l. II, ch. 3) où Rousseau explique la formation de la "volonté générale" et nous en dégagerons la structure de la lutte intérieure. Les deux étapes précédentes montreront que la formation de la "volonté générale" présuppose le fonctionnement de la "conscience" qui déclenche le dédoublement du soi. Elles nous permettront, également, de formuler l'hypothèse suivante : Rousseau a créé un dispositif politique afin de conforter ce pouvoir de "conscience" affaibli dans la société civile. Il s'agira ici de la "Religion civile" présentée dans l'avant-dernier chapitre du 'Contrat social' (l. IV, ch. 8).
Fichier principal
Vignette du fichier
IIDA_Yoshiho_M2_RECH_2012_DUM.pdf (1.96 Mo) Télécharger le fichier
Loading...

Dates and versions

dumas-00712675 , version 1 (27-06-2012)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-00712675 , version 1

Cite

Yoshiho Iida. La Conscience et la religion civile. Éthique et Politique chez Rousseau. Littératures. 2012. ⟨dumas-00712675⟩
362 View
642 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More