Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Les différentes incarnations de l'Autorité dans la littérature du XVIe siècle

Résumé : L'étude que nous nous proposons de mener s'articule essentiellement autour de la notion d'autorité et des différentes images au travers desquelles elle s'incarne tout au long du XVIe siècle, dans le domaine littéraire. En effet, la question du pouvoir que reconnaissent, que subissent, qu'engendrent ou qu'incarnent les Lettres, se retrouve au cœur de la création artistique qui semble, en outre, se développer suivant le mouvement même du siècle, passant successivement de l'enthousiasme à la désillusion, tout en se concertant sur l'image émergente de l'auteur, tout d'abord, puis de l'individu. Si l'on considère attentivement les multiples acceptions du terme "autorité", il apparaît très vite que ses différentes incarnations dans la littérature se retrouvent principalement liées, voire apposées, au pouvoir royal et à l'image souveraine du roi. La relation unissant le poète au souverain s'apparente davantage à un véritable rapport de force, ou à une lutte tacite, habile, mais sans relâche, au sein de laquelle se détermine le pouvoir d'action sur le monde des entités en présence. Oscillant entre allégeance, méfiance et défiance, les écrits mettent cependant au jour le véritable caractère de l'autorité qui se veut avant tout "transitif", dans la mesure où le pouvoir éprouve le besoin inconditionnel d'un écho, étatique ou littéraire, pour devenir effectif et bien réel. Nous verrons, donc, que considérer le pouvoir de l'auteur, ou le pouvoir du roi, implique nécessairement de considérer le pouvoir du lecteur et de l'œuvre littéraire, d'une part, mais également la vision que l'on a alors des institutions déléguées à l'autorité royale comme la justice, les magistrats ou les soldats. Alors que le caractère transitif de l'autorité témoigne, encore une fois, du lien unissant la Couronne aux aspirations humanistes, il nous reste à souligner que la tendance accrue de la monarchie à s'affirmer au mépris, parfois, de l'envol artistique, tend à orienter la création littéraire vers de nouveaux modèles d'autorité. Progressivement consciente de son pouvoir intrinsèque, lié en grande majorité à la personne même de l'auteur, la littérature puise dans la contrainte que représente pour elle l'autorité royale et ses différents modes d'expression, comme la Censure, pour ne souffrir, finalement, d'autre forme d'autorité que celle induite par son art. A la louange du prince, de la Cour et de la France, se substitue progressivement le chant en faveur des Muses, de Dieu ou du Moi profond et sincère de l'auteur. Le sérieux et la rigueur cèdent leur place au rire et à l'amour, alors que la mélancolie s'immisce progressivement au cœur des écrits, animant la plume des écrivains d'un feu nouveau. Orientée vers une décennie que nous avons jugée représentative du tournant du siècle, notre étude s'appuie, en outre, sur un corpus de textes pouvant offrir une vue d'ensemble sur le mouvement régissant alors les écrits. Réduction d'un siècle aux élans multiples, la décennie allant de 1549 à 1559, nous permet d'envisager la question de l'image de l'autorité au travers de trois œuvres majeures, à savoir "La Deffense et illustration de la langue francoyse" accompagnée de "L'Olive" de Du Bellay, "l'Heptaméron" de Marguerite de Navarre et enfin "Les Nouvelles récréations et joyeux devis" de Bonaventure Des Périers, auxquelles nous ajouterons certaines pièces issues des "Regrets" de Du Bellay, des "Amours" de Ronsard ou encore des "Soupirs" de Magny. Enfin, pour éviter tout écueil venant enfermer notre étude, nous soumettrons notre problématique à l'épreuve du temps, tout d'abord passée, avec des poèmes de Clément Marot, puis futur avec notamment "les Essais" de Montaigne. Suivant l'impulsion nouvelle donnée au XVIe siècle par l'enthousiasme lié à la redécouverte des textes anciens ainsi qu'au partage et à la diffusion du savoir et de la culture, la figure auctoriale tend à se développer et à augmenter son pouvoir d'action dans le monde. Cependant, si l'on considère qu'un tel destin n'est pas propre au domaine artistique, il convient d'examiner, au cœur des écrits, les différentes stratégies mises en œuvre pour rendre compte de l'autorité naturelle et grandissante de la littérature par le biais de l'auteur. En outre, la mise en perspective de la Couronne, de l'État et de l'image auctoriale, face à la notion d'autorité génère un mouvement qu'il est possible d'étendre aux siècles suivant celui que notre intérêt à ici retenu.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

Cited literature [35 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00718561
Contributor : Uppa - Bibliothèque Spécialisée Érasme <>
Submitted on : Tuesday, July 17, 2012 - 3:26:45 PM
Last modification on : Tuesday, February 2, 2021 - 3:40:03 PM
Long-term archiving on: : Thursday, October 18, 2012 - 2:30:15 AM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-00718561, version 1

Collections

Citation

Gaëlle Laverdure. Les différentes incarnations de l'Autorité dans la littérature du XVIe siècle. Littératures. 2010. ⟨dumas-00718561⟩

Share

Metrics

Record views

503

Files downloads

1964