Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Mutilation et altérité dans le théâtre d'Arthur Adamov : La grande et la petite manœuvre et Tous contre tous

Résumé : Ce mémoire part du constat d'une séparation, d'une mutilation originelle ressentie par Arthur Adamov et exprimée dès les premiers mots de sa première œuvre autobiographique, L'Aveu. L'homme adamovien est l'homme de la séparation, séparation entre lui et le monde dans lequel il évolue, séparation entre lui et les autres aux yeux desquels il est lui-même toujours autre, mais séparation également entre lui et lui. Séparé de lui-même, il se voit alors privé de son intégrité, et par conséquent, mutilé, et par là, devient autre à ses propres yeux. La mutilation, en ce qu'elle est séparation, serait donc étroitement liée à l'altérité. Nous nous proposons donc d'analyser la manifestation et la mise en scène de ce lien à travers ce que la critique considère comme le premier théâtre d'Adamov, allant de sa première pièce, La Parodie, écrite en 1948, aux Retrouvailles, datant de 1954. Il s'agit plus particulièrement d'étudier deux pièces, La grande et la petite manœuvre, représentée pour la première fois en 1950, et Tous contre tous, créée en 1953. Dans l'une comme dans l'autre la mutilation occupe une place de premier plan. Dans la première, elle est la caractéristique essentielle du personnage principal qui n'a d'autre nom que "Le Mutilé" et qui, au fil des différents tableaux, perd ses membres les uns après les autres, comme si la mutilation constituait l'action en elle-même. En ce qui concerne l'action dramatique de Tous contre tous, si elle n'est pas à proprement parler constituée par la mutilation, il n'en reste pas moins qu'elle semble lui être subordonnée puisque la tare physique qu'est la boiterie devient un élément central dans son déroulement. Il convient de nous interroger sur la manière dont Adamov, dans ses deux pièces, exploite les rapports entre mutilation et altérité, la mise en scène de la mutilation devenant elle-même symbole d'altérité, représentation de l'autre. Mais demandons-nous si ce n'est pas précisément à travers cette constante volonté mutilatrice que se révèle paradoxalement l'unité de l'œuvre, de l'homme, de l'écrivain de la séparation. Notre démarche consiste dans un premier temps à faire apparaître l'autre comme figure mutilatrice, pour nous intéresser, dans une deuxième partie au problème de l'altération : altération par la mutilation, mutilation par l'altération, c'est ce cercle vicieux, que nous nous proposons d'étudier. En dernière analyse, il s'agit de montrer comment de la mutilation, le dramaturge parvient à la création, création précisément fondée sur la mutilation, mettant en scène la mutilation, mutilation rendue autre pour une création toujours autre et pourtant une dans l'altérité.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

Cited literature [30 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00740853
Contributor : Uppa - Bibliothèque Spécialisée Érasme <>
Submitted on : Thursday, October 11, 2012 - 11:15:27 AM
Last modification on : Friday, January 15, 2021 - 9:24:49 AM
Long-term archiving on: : Friday, December 16, 2016 - 11:42:06 PM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-00740853, version 1

Collections

Citation

Fanny Lefebvre. Mutilation et altérité dans le théâtre d'Arthur Adamov : La grande et la petite manœuvre et Tous contre tous. Littératures. 2011. ⟨dumas-00740853⟩

Share

Metrics

Record views

915

Files downloads

1516