Colonisations et infections urinaires à entérocoque chez l'homme : analyse clinico-microbiologique de 173 patients - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2012

Colonisations et infections urinaires à entérocoque chez l'homme : analyse clinico-microbiologique de 173 patients

Abstract

Introduction. Les infections urinaires (IU) à entérocoque chez l'homme sont rares. Leur prise en charge thérapeutique est difficile car peu de molécules ont à la fois une diffusion prostatique et urinaire élevée, une excellente activité in vitro et in vivo sur l'entérocoque et une biodisponibilité élevée. Aucun référentiel thérapeutique ne propose de recommandations spécifique pour ces infections. Objectif. Décrire la présentation clinico-microbiologique et thérapeutique des IU et colonisations urinaires (CU) à entérocoque, afin de poser les bases préalables au développement d'une étude thérapeutique prospective. Patients et méthodes. L'analyse a porté sur les dossiers de 119 hommes (122 souches), d'âge ≥ 18 ans, ayant un ECBU monomicrobien à entérocoque (≥104 UFC/ml ou ≥103 sur sonde) inclus prospectivement entre janvier et juin 2012, et de 54 hommes ayant un diagnostic d'IU à entérocoque, inclus rétrospectivement entre janvier 2010 et décembre 2011. Résultats. Les IU et CU à entérocoque touchent les hommes âgés (âge moyen=71 ans), ayant une anomalie morphologique ou fonctionnelle des voies urinaires dans 83% des cas, et sont associées aux soins dans 81% des cas. Un geste récent sur les voies urinaires est retrouvé dans 66% des cas. Les symptômes observés sont très aspécifiques, les plus fréquents étant la fièvre (ou hypothermie, 55%), une rétention aigüe d'urines (24%), et une hématurie (16%). Malgré cela, les IU et CU ont été distinguées par les cliniciens selon la présence ou non de symptômes (ratio IU/CU=0,4). En prospectif, 102 E. faecalis (84%), 19 E. faecium (15%) et 1 E. durans (1%) ont été identifiés. Dans 90% des cas d'IU, la concentration bactérienne urinaire était ≥105 UFC/ml. L'amoxicilline était l'antibiotique le plus utilisé (68%). La confrontation des données de sensibilité in vitro des entérocoques aux données PK-PD issues de la littérature montrait l'intérêt potentiel de 3 molécules : l'amoxicilline, la lévofloxacine et la doxycycline. Conclusion. La distinction IU/CU est difficile car elles surviennent sur le même terrain et les symptômes qui définissent les IU sont aspécifiques. L'amoxicilline et la lévofloxacine sont des molécules d'intérêt pour le traitement des IU masculines à E. faecalis. La doxycycline pourrait être une alternative en cas d'allergie aux β-lactamines ou d'IU à E. faecium.
Fichier principal
Vignette du fichier
Chauffrey_Laure.pdf (7.17 Mo) Télécharger le fichier
Loading...

Dates and versions

dumas-00745679 , version 1 (26-10-2012)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-00745679 , version 1

Cite

Laure Chauffrey. Colonisations et infections urinaires à entérocoque chez l'homme : analyse clinico-microbiologique de 173 patients. Médecine humaine et pathologie. 2012. ⟨dumas-00745679⟩
5784 View
18671 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More