Texte(s) et image(s) : les bestiaires de la librairie et du Palais pontifical d'Avignon (XIVe-XVe siècles) - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 1996

Texte(s) et image(s) : les bestiaires de la librairie et du Palais pontifical d'Avignon (XIVe-XVe siècles)

Fabienne Féraud

Abstract

In relation with G. C. Druce and Xenia Muratova's researches, text and sculptured images would be linked. So, we apply this concept to Pope' palace at Avignon by opposite text from the pontifical library and sculptured images from the New Palace. In fact, this is a study between literature and art.
The Pope' palace would be the greater cultural center of the Chretien world with its library. Because manuscripts came from Perouse's library, privacy libraries and heritages, this library is an excellent evidence of medieval knowledge and mentalities. This is the reason why, it is interesting to detect analogies between writing and sculpted images at the Avignon's court; the main is to find exchanges. So, we decide to oppose textual corpus to iconographic corpus.
On one hand, we listed the library's manuscripts and organized them by subjects. This is a way to understanding the evolution of the bestiary between 1316 and 1420. Three groups composed the corpus: Scriptural writing, patristic and pagan writing. We accounted seven Saint Ambrose's Hexameron, twelve Guillaume Durand's Rationale divinorum officiorum, eighteen Saint Gregory The Great's Moralia in Job, one Raban Maur's De Universo, one Gervase of Tilbury's Otia Imperiala alias Mirabilibus mundi, nine Barthelemy de Glanville's De proprietatibus rerum, six Albert The Great's De Animalibus, three Vincent of Beauvais' Speculum Naturale, one or two Bestiairium, fifteen Aristot's Historia Animalium in latin, six Pline's Naturalis Historia, three Solin's Collectionae rerum memorabilium, seven James of Voragine's Cronica santorum or Aureas Sanctorum, one Frederic the Second's De arte venandi cum avidus, one Ruffo Giordano's De medica equorum, three Historia Terre Orientalis, two Hayton's Flos ystoriarum terre orientis, six legends, two Mappa mundi, one compendium philosophiae, two Quintius-Curtius Rufus' Gesta alexandri magni, and twenty-two Isidore of Seville's Etymologia.
On the other hand, we listed the sculpted bestiary in the Pope' palace. The results of this study show that bestiary from Physilogus' tradition migrated to sculpture only by the Isidore of Seville's Etimologia and by the Vincent of Beauvais' Speculum Historiale and Naturale. Without Bestiaries, these texts would have preserved knowledge concerning animal world. For the moment, no analogy with texts and images was found, but five encyclopedia help us to understand the system of the first classification. But, we try a new one in relation with the Pope' palace.
Because the library of the Pope' Palace have been a great influence on the intellectual medieval thought, study the link between literature and History Art was an evidence to continue my researches in this way.
Avec Textes et images : les bestiaires de la librairie et du Palais pontifical d'Avignon (XIVe-XVe), il s'agit d'entreprendre une étude à la frontière de la littérature et de l'art, à l'appui d'un palais prestigieux et de sa bibliothèque. Cette démarche a trouvé sa légitimité grâce aux travaux de G. C. Druce et X. Muratova qui posaient un nouveau regard sur l'incidence des manuscrits anglo-saxons sur la création monumentale. En somme, il était question d'étudier les possibles liens existant entre textes et images.
Si le Palais des Papes devenait certainement le plus grand centre culturel d'Occident chrétien, sa bibliothèque dont un grand nombre d'ouvrages provenait de Pérouse, de dons et de dépouilles diverses s'affirmait un excellent témoin des connaissances et des mentalités du quatorzième siècle. Ainsi, il fut question de détecter des analogies entre les cycles ou les motifs issus des textes et des culots sculptés afin de permettre l'identification de plausibles échanges entre la tradition textuelle et la sculpture monumentale en région avignonnaise. Pour cela, il a fallu confronter les deux corpus, bibliographique et iconographique.
Dans un premier temps, il a été question de faire un recensement des textes pour ensuite les organiser, les regrouper pour comprendre l'évolution des manuscrits qui véhiculèrent l'imagerie animale entre 1316 et 1420. Les ouvrages ont alors été divisés en trois principales classes : les écrits scripturaires (textes vétéro- et néotestamentaires), les œuvres patristiques (sermons, encyclopédies latines, traités de la nature, bestiaires, hagiographies et les Historiales) et les textes païens (encyclopédies antiques gréco-romaines, les poésies et les romans les traités de la nature en langue vernaculaire, les traités scientifiques et encyclopédiques, les récits de voyages, légendes et chroniques). Ainsi, ont pu être recensés hormis les textes bibliques et les gloses, sept Hexameron de Saint Ambroise, douze Rationale divinorum officiorum de Guillaume Durand, dix-huit Moralia in Job de Saint Grégoire, un De Universo de Raban Maur, un Otia Imperiala connu sous le nom de Mirabilibus mundi de Gervaise de Tilbury, neuf De proprietatibus rerum de Barthélémy de Glanville, six De Animalibus d'Albert le Grand, trois Speculum Naturale de Vincent de Beauvais, un ou deux Bestiairium, quinze Historia Animalium d'Aristote traduite en latin, six Naturalis Historia de Pline, trois Collectionae rerum memorabilium de Solin, sept Cronica santorum ou Aureas Sanctorum de Jacques de Voragine, un De arte venandi cum avidus de Fredéric II, un De medica equorum de Ruffo Giordano, trois Historia Terre Orientalis, deux Flos ystoriarum terre orientis de Hayton, six légendes, un De arte venandi cum avidus de Frédéric II, deux Mappa mundi, un Compendium philosophiae, deux Gesta alexandri magni de Quintius-Curtius Rufus et vingt-deux Etymologia d'Isidore de Séville.
D'après la bibliothèque pontificale, les connaissances du monde animalier diffusées par le Physiologus se seraient essentiellement transmises grâce à l'Étymologie d'Isidore de Séville et le Speculum Historiale et Naturale de Vincent de Beauvais. En l'absence de bestiaires et de leurs versions vernaculaires, ces textes auraient alors contribué à maintenir, dans le milieu ecclésiastique du quatorzième siècle, les traditions textuelle et orale des connaissances zoologiques. Si pour l'heure aucune analogie n'a permis d'établir dans ce cas précis une incidence directe des textes sur le choix ou la composition des motifs sculptés, les cinq encyclopédies médiévales ont toutefois aidé à la compréhension des premières tentatives de taxonomie. Ces dernières ont ainsi concouru à élaborer une première identification des motifs sculptés du Palais des Papes pour esquisser une systématique.
À travers le bestiaire sculpté d'une région prestigieuse qui connut à la fin du Moyen-Âge une destinée exceptionnelle grâce à la papauté, ces recherches ont donc voulu aborder le problème du parallélisme, généralement effleuré, entre la littérature et d'histoire de l'art.
Fichier principal
Vignette du fichier
Feraud_Fabienne_-_Les_bestiaires_de_la_librairie_et_du_Palais_pontifical_d_Avignon.pdf (23.06 Mo) Télécharger le fichier

Dates and versions

dumas-00854133 , version 1 (09-09-2013)

Licence

Attribution - NonCommercial - NoDerivatives

Identifiers

  • HAL Id : dumas-00854133 , version 1

Cite

Fabienne Féraud. Texte(s) et image(s) : les bestiaires de la librairie et du Palais pontifical d'Avignon (XIVe-XVe siècles). Art et histoire de l'art. 1996. ⟨dumas-00854133⟩
1558 View
1179 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More