Mise en place d'un protocole de prise en charge des patients de 15 à 25 ans admis aux urgences de l'hôpital Saint-André de Bordeaux pour ivresse alcoolique aiguë : étude de faisabilité à propos de 70 patients - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2013

Mise en place d'un protocole de prise en charge des patients de 15 à 25 ans admis aux urgences de l'hôpital Saint-André de Bordeaux pour ivresse alcoolique aiguë : étude de faisabilité à propos de 70 patients

Abstract

INTRODUCTION. L'usage régulier d'alcool chez les jeunes est en hausse, et en particulier le nombre d'ivresses répétées et régulières. Ces consommations problématiques les conduisent de plus en plus à être admis aux urgences en état d'ivresse, où un repérage des consommations problématiques d'alcool doit être réalisé. De plus, il est montré que la consommation excessive d'alcool chez le jeune est associée à un plus grand risque suicidaire. Nous avons donc réalisé une étude pour évaluer la faisabilité d'un protocole de prise en charge du repérage addictologique et du risque de vulnérabilité psychiatrique chez tous les jeunes entre 15 et 25 ans admis pour ivresse alcoolique aiguë (IAA) aux urgences. Nous nous sommes intéressé secondairement à la proportion des jeunes admis présentant effectivement une consommation problématique et/ou une vulnérabilité psychiatrique et le nombre d'orientations spécialisées qui en découle. Nous avons analysé l'efficacité de cette procédure en comparant le nombre des orientations addictologiques et/ou psychiatriques avec la même période de l'année précédente. MATÉRIEL ET MÉTHODES. Cette étude prospective, en intention de traiter, s'est déroulée aux urgences de Saint André du CHU de Bordeaux du 17 mai 2013 au 14 juillet 2013. Nous avons inclus les jeunes admis pour IAA aux urgences avec une alcoolémie positive. Une évaluation par le questionnaire ADOSPA (définissant une consommation à risque si < 2 ou nocive si ? 2) et par un questionnaire de vulnérabilité psychiatrique était réalisée pour tous les patients inclus ayant bénéficié du protocole. Lorsque le questionnaire de vulnérabilité s'avérait positif, le jeune était pris en charge en premier lieu par les psychiatres. S'il était négatif, en semaine, ils étaient pris en charge par l'équipe de liaison et de soins en addictologie (ELSA), quel que soit le score ADOSPA. S'il était négatif le week-end et que le score ADOSPA était en faveur d'une consommation nocive (2), devant l'absence d'équipe ELSA, une intervention ultra brève de la part du personnel médical était réalisée. Ces jeunes étaient recontactés secondairement par l'ELSA pour un entretien téléphonique et la proposition d'un rendez vous. Chaque jeune inclus dans le protocole recevait un livret d'information et les coordonnées de deux centres de consultations de jeunes consommateurs (CJC). Le critère de jugement principal déterminait la proportion de jeunes admis aux urgences pour IAA et ayant bénéficié du protocole. Les critères de jugement secondaires correspondaient à la proportion de jeunes admis pour IAA orientés vers une prise en charge addictologique et/ou psychiatrique (sur la période du protocole puis comparé à la même période l'année précédente), et le retour des patients admis le week-end en rendez vous après entretien téléphonique avec ELSA. Nous avons aussi contacté les CJC pour vérifier si des jeunes s'y sont présentés. RÉSULTATS. Sur 79 patients admis, 70 ont bénéficié du protocole et 49 patients l'ont eu en entier (soit 62% des patients). Le nombre de patients admis avec un ADOSPA?2 était de 57,8%. Vis-à-vis des entretiens d'ELSA la semaine, on note une différence significative (p < 0,0001) en 2013 (n=22) par rapport à 2012 (n=12), bien que le nombre d'admissions fut significativement plus important en 2012 (109) qu'en 2013 (p < 0,03). Chez les patients admis le week-end et présentant un ADOSPA?2, 13 entretiens téléphoniques ont pu être réalisés. Aucun patient n'a cependant désiré revenir en consultation. Au total, 14 des patients inclus présentaient un risque de vulnérabilité psychiatrique par l'intermédiaire du questionnaire approprié.12 ont été vus par un psychiatre dont 4 sont partis au SECOP. Aucun patient ne s'est présenté après son passage aux urgences en rendez-vous avec l'ELSA et aux CJC. CONCLUSION. Le protocole proposé a permis une meilleure sensibilisation des urgentistes et une meilleure coordination vers les ELSA. L'amélioration de la formation du personnel médical et paramédical reste encore à réaliser, afin d'assurer une prise en charge optimale de ces jeunes.
Fichier principal
Vignette du fichier
Med_generale_2013_Gomes_de_Mattos.pdf (1.55 Mo) Télécharger le fichier
Loading...

Dates and versions

dumas-00955499 , version 1 (04-03-2014)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-00955499 , version 1

Cite

Charles Gomes de Mattos. Mise en place d'un protocole de prise en charge des patients de 15 à 25 ans admis aux urgences de l'hôpital Saint-André de Bordeaux pour ivresse alcoolique aiguë : étude de faisabilité à propos de 70 patients. Médecine humaine et pathologie. 2013. ⟨dumas-00955499⟩
444 View
1059 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More