Intérêt du Cidofovir dans le traitement de la papillomatose laryngée au CHU de Bordeaux - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2013

Intérêt du Cidofovir dans le traitement de la papillomatose laryngée au CHU de Bordeaux

Abstract

Objectifs. La papillomatose laryngée juvénile est une affection peu fréquente mais nécessitant un suivi à vie. Elle est à risque de récidives multiples et d'extension à l'arbre respiratoire. Le traitement a pour but d'assurer la liberté des voies aériennes, d'éviter les récidives et l'extension, sans effets indésirables et risque de cancérisation. Le traitement actuel dans le service ORL du CHU de Bordeaux est le cidofovir en injection intra-lésionnelle en association avec le laser CO2. L'utilisation en injection intra-lésionnelle du cidofovir est hors autorisation de mise sur le marché. Il a été retrouvé une importante transformation maligne de papillomes, après utilisation de cidofovir en injection intra-lésionnelle, lors d'essai chez l'animal, ainsi que des séquelles anatomiques locaux. Matériel et méthodes. Dans notre étude rétrospective, 12 enfants atteints de papillomatose laryngée ont été traités de 1999, date de première utilisation du cidofovir au CHU de Bordeaux, à juin 2013. La sévérité des lésions, au cours du suivi, a été évaluée a posteriori, par le score clinique et anatomique de Derkay-Wiatrak. La fréquence des endoscopies, des séances de laser et la durée du suivi ont également été évaluées. Résultats. L'âge moyen au moment du diagnostic était de 3 ans. La durée moyenne du suivi a été de 4 ans et 4 mois pour les patients présentant une rémission complète, 3 ans pour le patient présentant une rémission partielle, et 5 ans et 3 mois pour les patients présentant une absence de rémission. Six patients sur 12 (50%; intervalle de confiance à 95% [21%; 79%]) ont présenté une rémission complète, un patient (8,4%) une rémission partielle et cinq patients (41,6%) une absence de rémission. Les patients ont eu 8,3 injections de cidofovir en moyenne. Ces résultats correspondent à ce qui est retrouvé dans la littérature. Il n'y a pas eu de cancérisation. Les effets indésirables sont la dysphonie séquellaire pour 7 patients sur 12. Neuf patients sont encore suivis, les 3 autres ont été perdus de vue. Conclusion. Le cidofovir en injection intra-lésionnelle associé au laser CO2 lors de l'endoscopie a montré une efficacité modérée, dans la limite de cette étude, avec diminution de la sévérité des lésions dans certains cas et espacement des endoscopies dans d'autres.
Fichier principal
Vignette du fichier
Med_generale_2013_Esnault.pdf (1.91 Mo) Télécharger le fichier
Loading...

Dates and versions

dumas-00958561 , version 1 (12-03-2014)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-00958561 , version 1

Cite

Hélène Esnault. Intérêt du Cidofovir dans le traitement de la papillomatose laryngée au CHU de Bordeaux. Médecine humaine et pathologie. 2013. ⟨dumas-00958561⟩
559 View
2857 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More