Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Intérêt du NIRS dans le monitorage de l'oxygénation cérébrale lors d'une hyperventilation chez les traumatises crâniens graves en HTIC réfractaire

Résumé : Introduction : Lors d'une hypertension intracrânienne (HTIC) secondaire à un traumatisme crânien grave (TCG), l'hypocapnie contrôlée peut entrainer, par vasoconstriction des artères cérébrales, une ischémie responsable de lésions secondaires. Toutefois, au cours d'une HTIC réfractaire survenant dans un contexte d'hyperhémie, l'hyperventilation pourrait permettre de diminuer rapidement la pression intracrânienne (PIC). Dans ce contexte, un monitorage de l'oxygénation cérébrale est indispensable. Il peut être réalisé de façon invasive par la mesure de la saturation veineuse jugulaire en oxygène (SjO2). Le NIRS, spectroscopie dans le proche infrarouge, pourrait approcher cette valeur de façon non-invasive. L'objectif de l'étude était de comparer les valeurs de NIRS et SjO2 au cours d'une manoeuvre d'hyperventilation chez les TCG en HTIC avec hyperhémie cérébrale. Matériel et méthodes : Etude prospective observationnelle monocentrique incluant des patients TCG en HTIC > 20mmHg malgré un traitement médico-chirurgical optimal et une hyperhémie cérébrale définie sur des critères de doppler transcrânien. Une électrode de NIRS était placée du coté de la SjO2 (veine dominante). On recueillait et comparait avant (T0) et après hyperventilation (T1) les valeurs de SjO2, NIRS, lactate jugulaire et les paramètres du doppler transcrânien. Les relations entre la SjO2 et le NIRS ont été étudiées par une relation de corrélation et méthode graphique de Bland-Altman. Résultats : 13 patients ont bénéficié d'une hyperventilation (PaCO2 à 5,1± 0,6 à T0 vs 4,1 ± 0,5 kPa à T1) avec une diminution de la PIC observée chez tous les patients (de 27 [22-35] mmHg à 12 [9-17] mmHg ; p < 0,001). Les valeurs doppler homolatérales sont restées comparables entre T0 et T1. Il n'y a pas eu de SjO2 < 50% et 3 patients ont eu une SjO2 entre 55 et 60% à T1. Ces trois patients étaient les seuls ayant un NIRS < 60% à T1. L'étude de corrélation entre SjO2 et NIRS montrait un r² à 0,77 (p < 0,0001) à T0 et à 0,70 (p = 0,0004) à T1. L'analyse du Bland-Altman comparant SjO2 et NIRS montrait un biais plus étroit à T0 qu'à T1 : -5,3 [-15,3 ; 4,8] et, à T1, 2 [-11,8 ; 15,8]. Conclusion : Il existe une corrélation satisfaisante et intéressante sur le plan clinique entre NIRS et SjO2 dans le contexte de la traumatologie crânienne au cours d'une hypocapnie contrôlée. Le seuil délétère de diminution de l'oxygénation cérébrale est probablement une valeur de NIRS < 60.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

Cited literature [131 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00961130
Contributor : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Submitted on : Wednesday, March 19, 2014 - 2:49:26 PM
Last modification on : Wednesday, August 23, 2017 - 4:31:13 PM
Long-term archiving on: : Thursday, June 19, 2014 - 11:56:02 AM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-00961130, version 1

Collections

Citation

Charline Sazio. Intérêt du NIRS dans le monitorage de l'oxygénation cérébrale lors d'une hyperventilation chez les traumatises crâniens graves en HTIC réfractaire. Médecine humaine et pathologie. 2013. ⟨dumas-00961130⟩

Share

Metrics

Record views

687

Files downloads

2902