IRM et suspicion de pyélonéphrite chez l'enfant : comparaison des séquences de diffusion et de T1 avec injection avec gadolinium - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2013

IRM et suspicion de pyélonéphrite chez l'enfant : comparaison des séquences de diffusion et de T1 avec injection avec gadolinium

Abstract

Objectif : Comparer la séquence de diffusion à la séquence de référence, le T1 avec injection de gadolinium pour le diagnostic de pyélonéphrite aiguë chez l'enfant. Matériels et méthodes : Étude rétrospective menée au CHU de Rouen, entre janvier 2010 et mars 2012, chez les enfants admis pour suspicion de pyélonéphrite et explorés en IRM. Cette exploration comportait des séquences T2, diffusion, T1 avec injection de gadolinium (T1-gado) (séquences dynamiques et tardives). Chaque examen a été interprété en aveugle par deux radiologues, classant chaque rein en normal ou en pathologique. La sensibilité et la spécificité du T2 et de la diffusion ont été calculées. La concordance des séquences avec le T1-gado ainsi que la reproductibilité inter-observateur ont été calculées à l'aide du test de McNemar et du coefficient de concordance Kappa (κ). Résultats : Trente-neuf patients (78 reins) ont été inclus. Trente-deux reins (41%) montraient des zones en hyposignal sur la séquence T1-gado. La sensibilité et la spécificité étaient respectivement de 100% et 93,5% pour la diffusion et de 65,6% et 100% pour le T2. La concordance entre la séquence de diffusion et la séquence T1-gado était excellente (κ= 0,92), et aucune différence diagnostique significative n'a été mise en évidence (p= 0,25). En revanche, pour les séquences T2, bien que la concordance avec la séquence T1-gado soit bonne (κ= 0,66), sa performance diagnostique était significativement moins bonne que le T1-gado (p= 0,01). La reproductibilité inter-observateur était meilleure avec la séquence de diffusion (κ= 0,79) qu'avec le T2 (κ= 0,66). Conclusion : La séquence de diffusion a une fiabilité diagnostique comparable aux séquences T1 après injection de gadolinium pour identifier les foyers de pyélonéphrite aiguë. L'injection de gadolinium peut être évitée pour diagnostiquer une pyélonéphrite en IRM.
Fichier principal
Vignette du fichier
SALLEM_Asmaa.pdf (1.34 Mo) Télécharger le fichier
Loading...

Dates and versions

dumas-00975886 , version 1 (29-04-2014)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-00975886 , version 1

Cite

Asmaa Sallem. IRM et suspicion de pyélonéphrite chez l'enfant : comparaison des séquences de diffusion et de T1 avec injection avec gadolinium. Médecine humaine et pathologie. 2013. ⟨dumas-00975886⟩
160 View
334 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More