Nouveautés dans la ciguatéra : étude des facteurs de risque de gravité parmi une cohorte hospitalière polynésienne et conséquences sur la prise en charge en structure de soins de santé primaires - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2014

Nouveautés dans la ciguatéra : étude des facteurs de risque de gravité parmi une cohorte hospitalière polynésienne et conséquences sur la prise en charge en structure de soins de santé primaires

Abstract

OBJECTIFS : Le but de cette étude est de trouver des facteurs de risque de gravité de ciguatéra parmi une cohorte hospitalière polynésienne. L'objectif secondaire était d'évaluer le recours au système de soins primaire. MÉTHODE : Il s'agit d'une étude épidémiologique rétrospective cas-témoins réalisée au centre hospitalier de Polynésie française sur les dossiers de janvier 2005 à décembre 2012. Étaient inclus les dossiers codés T61.0 selon la CIM-10 de l'OMS correspondant aux dates. Étaient exclus : les dossiers perdus, les erreurs de diagnostic ou de codage. La présence d'un des signes suivants était considérée comme grave : fréquence cardiaque ˂60 bpm nécessitant de l'atropine, tension artérielle systolique ˂90 mmHg, hypothermie ˂35°C ou déficit neurologique sévère. Une régression pas à pas a été utilisée pour l'analyse multivariée. Une valeur de p < 0,05 était jugée significative. Les critères d'évaluations de l'objectif secondaire étaient le mode d'arrivée aux urgences, l'existence d'une consultation et d'un traitement préalable. RÉSULTATS : 181 patients ont été inclus : 133 sévères et 48 non sévères. L'existence de douleurs abdominales requérant des antispasmodiques était associée à l'état de gravité (OR=2,6 ; IC95 : 1.03-6.7 ; p=0,04) de même que le délai d'hospitalisation (OR=0.808 ; IC95 : 0.692-0.943 ; p=0,007). Concernant l'objectif secondaire : 25% des patients ont consulté avant d'aller aux urgences, 78% y ont recouru spontanément. Seuls 49% avaient bénéficié d'un traitement. CONCLUSION : Les épisodes sévères de ciguatéra chez les patients hospitalisés sont associés avec des douleurs abdominales nécessitant l'administration d'antispasmodique. La présence de telles douleurs doivent alerter le praticien et motiver une surveillance rapprochée. Une étude comparative de cette cohorte avec les patients non hospitalisés déclarés devrait permettre de découvrir d'autres facteurs de risque.
Fichier principal
Vignette du fichier
Med_generale_2014_Bouchut.pdf (2.68 Mo) Télécharger le fichier
Loading...

Dates and versions

dumas-00979064 , version 1 (15-04-2014)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-00979064 , version 1

Cite

Jérémie Bouchut. Nouveautés dans la ciguatéra : étude des facteurs de risque de gravité parmi une cohorte hospitalière polynésienne et conséquences sur la prise en charge en structure de soins de santé primaires. Médecine humaine et pathologie. 2014. ⟨dumas-00979064⟩
226 View
3984 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More