Évaluation de la connaissance de la contraception dans un échantillon d'adolescents scolarisés de 15 à 17 ans, à la Réunion, d'août à octobre 2013 et rôle du médecin généraliste dans l'acquisition de ces connaissances : impact sur le taux d'interruptions volontaires de grossesse chez les mineures. Enquête réalisée auprès de 457 lycéens de l'académie de la Réunion - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2014

Évaluation de la connaissance de la contraception dans un échantillon d'adolescents scolarisés de 15 à 17 ans, à la Réunion, d'août à octobre 2013 et rôle du médecin généraliste dans l'acquisition de ces connaissances : impact sur le taux d'interruptions volontaires de grossesse chez les mineures. Enquête réalisée auprès de 457 lycéens de l'académie de la Réunion

Abstract

INTRODUCTION : Le taux d'interruption volontaire de grossesse chez les mineures est deux fois plus élevé à la Réunion qu'en métropole, et ce malgré des campagnes d'information et une éducation à la sexualité organisée en milieu scolaire. L'objectif principal de cette étude est d'évaluer l'impact de la connaissance des moyens de contraception sur la diminution du taux d'interruptions volontaires de grossesse, après avoir dressé un état des lieux de la connaissance concernant les différents moyens de contraception et défini l'influence du médecin généraliste sur l'acquisition de ces connaissances. MATÉRIEL ET MÉTHODE : Étude descriptive transversale ayant lieu dans différents lycées randomisés de l'Académie de la Réunion. Les critères d'inclusion étaient : être lycéens et être âgés entre 15 et 17 ans inclus. Cette enquête par questionnaire s'est déroulée d'août 2013 à octobre 2013. RÉSULTATS : 457 lycéens ont été interrogés. Les lycéens entre 15 et 17 ans connaissent les moyens de contraception les plus prescrits et les plus efficaces avec en tête le préservatif masculin (82%) et la pilule contraceptive (80%) ; 78% pour le préservatif féminin, 72% pour le dispositif intra-utérin, avec une différence statistiquement significative entre les âges, le sexe ou le type de lycée. 57% déclarent connaître l'anneau vaginal et le patch, 55% pour l'implant. Seuls 20% connaissent le diaphragme et la cape cervicale, 29% pour les spermicides et 53% pour les méthodes naturelles. Néanmoins, ils connaissent peu sur la façon d'agir en situation d'urgence, comment se procurer ces différents moyens de contraception et leur maniabilité. Par ailleurs, le médecin généraliste n'est pas leur premier intervenant ni leur première source éducative par conséquent, le médecin généraliste ne présente qu'un impact mineur sur la diminution du taux d'interruptions volontaires de grossesse. CONCLUSION : La connaissance des moyens de contraception n'est pas suffisante pour assurer une contraception efficace et efficiente chez les adolescents. Il leur est nécessaire d'acquérir une conduite à tenir. Le rôle du médecin généraliste en prévention primaire est limité. Par conséquent, la capacité du médecin généraliste d'agir en amont sur la diminution du taux d'interruptions volontaires de grossesse chez les mineures est réduite.
Fichier principal
Vignette du fichier
Med_generale_2014_Legros.pdf (1.52 Mo) Télécharger le fichier
Loading...

Dates and versions

dumas-00995302 , version 1 (23-05-2014)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-00995302 , version 1

Cite

Marie-Christine Legros. Évaluation de la connaissance de la contraception dans un échantillon d'adolescents scolarisés de 15 à 17 ans, à la Réunion, d'août à octobre 2013 et rôle du médecin généraliste dans l'acquisition de ces connaissances : impact sur le taux d'interruptions volontaires de grossesse chez les mineures. Enquête réalisée auprès de 457 lycéens de l'académie de la Réunion. Médecine humaine et pathologie. 2014. ⟨dumas-00995302⟩
311 View
1417 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More