Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Y a-t-il un intérêt à réaliser de principe une insémination intra-utérine au cours de toute induction simple de l'ovulation ?

Résumé : L'induction simple de l'ovulation suivie de rapports sexuels programmés (RSP) est de plus en plus abandonnée par les centres d'Assistance Médicale à la Procréation (AMP), et de ce fait, les traitements inducteurs de l'ovulation sont souvent initiés en l'absence de surveillance. L'objectif principal de notre étude rétrospective a été de comparer les résultats obtenus entre cycles d'induction de l'ovulation suivie de RSP et cycles d'induction simple de l'ovulation suivie d'insémination intra-utérine (IAC). Le critère principal d'évaluation a été le taux de grossesse évolutive (échographie réalisée à 8 semaines d'aménorrhée avec présence d'au moins un embryon et d'une activité cardiaque positive). Les objectifs secondaires ont été de rechercher des facteurs pronostics de survenue d'une grossesse relatifs à l'exploration clinique et biologique de l'infertilité dans l'ensemble de la population ainsi que dans chacun des groupes. Nous avons également analysé dans l'ensemble de la population, les facteurs pronostics liés au cycle d'induction de l'ovulation. L'étude a été menée rétrospectivement entre le 01/07/2008 et le 01/01/2013 dans le centre d'AMP du CHU-hôpitaux de Rouen. Les patientes ont été réparties dans les différents groupes en fonction des résultats du test de Hühner. Si le test est positif, 6 cycles d'induction de l'ovulation suivie de RSP sont prévus et si le test est négatif, 4 cycles d'induction de l'ovulation suivie d'IAC sont envisagés. Les populations des deux groupes sont comparables pour l'âge, I'IMC (Indice de masse corporelle), le type d'infertilité, le nombre de cycles conduits, le bilan hormonal au 3e jour du cycle (taux plasmatique FSH, oestradiolémie, rapport LH/FSH). Les deux groupes ont une répartition différente de l'étiologie de l'infertilité, de la valeur de l'AMH (Hormone Antimüllérienne) et du délai d'infertilité. Les caractéristiques des cycles de traitement sont également comparables entre les deux groupes pour la dose de traitement par cycle, le nombre et la taille des follicules matures, le taux plasmatique d'oestradiol au déclenchement, le jour du démarrage du traitement, le taux d'utilisation d'antagoniste, et le taux d'utilisation d'hCG recombinante. Cependant, ils diffèrent pour l'épaisseur de l'endomètre utérin, le jour du déclenchement et le taux d'utilisation de CC (Citrate de clomifène). Les taux de grossesses évolutives, toutes étiologies confondues, ne sont pas statistiquement différents entre les deux groupes. Les taux de grossesses évolutives en fonction de l'étiologie de l'infertilité ne sont pas différents entre les deux groupes, 63,1% dans le groupe RSP versus 65,2% dans le groupe IAC (p=0,8250) en cas de troubles ovulatoires ; 64,7% dans le groupe RSP versus 30% dans le groupe IAC (p=0.12) en cas d'infertilité idiopathique ; et de 33,3% dans le groupe RSP versus 50% dans le groupe TAC, (p-0,6043) pour les autres étiologies. Dans le groupe RSP, en cas de troubles ovulatoires, les taux de grossesses diminuent à partir du 3e cycle de traitement et chez les femmes de plus de 36 ans. Les facteurs pronostics de chance d'obtenir une grossesse évolutive retrouvés dans la population totale sont le rapport LH/FSH au 3e jour du cycle, l'étiologie de l'infertilité et le taux d'oestradiolémie au déclenchement. En conclusion, la seule indication où une induction de l'ovulation suivie de RSP pourrait persister est les troubles ovulatoires. De nouveaux schémas thérapeutiques peuvent être proposés en cas de troubles ovulatoires afin d'abandonner la pratique du test de Hühner. La réalisation de 3 cycles d'induction de l'ovulation suivie de RSP peut être envisagée dans un premier temps suivie de 3 cycles d'induction de l'ovulation suivie d'IAC en l'absence de grossesse évolutive. Pour toutes les autres étiologies d'infertilité, une prise en charge par 3 à 4 cycles d'induction de l'ovulation suivie d'IAC est à proposer et à adapter au contexte clinique.
Complete list of metadata

Cited literature [104 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01059571
Contributor : Bibliothèque Santé <>
Submitted on : Monday, September 1, 2014 - 12:07:38 PM
Last modification on : Friday, October 23, 2020 - 5:00:55 PM
Long-term archiving on: : Tuesday, December 2, 2014 - 10:16:59 AM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01059571, version 1

Citation

Joumana Lemaitre. Y a-t-il un intérêt à réaliser de principe une insémination intra-utérine au cours de toute induction simple de l'ovulation ?. Gynécologie et obstétrique. 2014. ⟨dumas-01059571⟩

Share

Metrics

Record views

282

Files downloads

2871