Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Syndrome hémolytique et urémique post infectieux de l’enfant : épidémiologie et devenir

Résumé : Introduction : Le syndrome hémolytique et urémique (SHU) représente la première cause d’insuffisance rénale aiguë chez l’enfant de moins de trois ans. Quatre-vingt-dix pour cent des SHU de l'enfant, dits SHU typiques ou post diarrhée (D+), sont dus à une infection à Escherichia (E.) coli entérohémorragique producteur de shiga toxines (STEC). L’objectif de cette étude était d’estimer l’incidence du SHU D+, de décrire les caractéristiques épidémiologiques et le devenir à long terme d’une population de SHU post infectieux, prise en charge en Aquitaine entre 1992 et 2012. Méthodes : Nous avons étudié de façon rétrospective 99 patients âgés de moins de 15 ans au diagnostic, ayant été pris en charge pour un SHU dit typique, en Aquitaine entre le 1er janvier 1992 et le 31 décembre 2012. En parallèle, nous avons également rapporté des cas de SHU post infectieux à Streptococcus pneumoniae ou à Mycoplasma pneumoniae. Résultats : De 1992 à 2012, l’incidence annuelle du SHU D+ en Aquitaine était de 0,85 cas par an pour 100000 enfants de moins de 15 ans. Le taux d’incidence a augmenté de façon significative au cours de la dernière décennie. L’âge médian de diagnostic de SHU D+ a augmenté au cours du temps, passant de 24 mois avant 2005 à 40 mois après 2005. L’infection à STEC était confirmée dans 51% des cas (principalement E. coli O157H7) avec une augmentation de la détection des STEC depuis quelques années. Le taux de mortalité était de 2%, en lien avec des atteintes cardiologiques et neurologiques sévères. À un an post SHU, 33% des patients ne présentaient aucune séquelle rénale, 27% présentaient une insuffisance rénale chronique (IRC) et 17% présentaient une protéinurie ou une hypertension artérielle (HTA). Soixante dix neuf patients ont bénéficié d’un suivi à long terme (médiane de suivi de 8,5 ans). Quarante deux pour cent présentaient des séquelles rénales : 30% avaient une IRC, 10% une protéinurie et 2% une HTA. Près de 30% des patients qui n’avaient aucune atteinte rénale apparente à un an post SHU, présentaient des séquelles rénales à long terme. Conclusion : Cette étude a permis d’évaluer les changements d’épidémiologie et le devenir rénal dans le SHU post infectieux de l’enfant sur une période de 20 ans. Il paraît nécessaire de suivre à vie l’ensemble des patients ayant présenté un SHU D+.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

Cited literature [93 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01081305
Contributor : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Submitted on : Friday, November 7, 2014 - 2:47:30 PM
Last modification on : Friday, October 23, 2020 - 5:02:42 PM
Long-term archiving on: : Sunday, February 8, 2015 - 10:41:35 AM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01081305, version 1

Collections

Citation

Catherine Monet. Syndrome hémolytique et urémique post infectieux de l’enfant : épidémiologie et devenir. Médecine humaine et pathologie. 2014. ⟨dumas-01081305⟩

Share

Metrics

Record views

999

Files downloads

3482