Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Intérêt de la mise en place d’un protocole de sevrage ventilatoire comprenant une évaluation de kinésithérapie sur le taux d’échec d’extubation en réanimation

Résumé : Introduction : L’échec d’extubation est redouté en réanimation car il est source de complications et d’une surmortalité : allongement du temps de ventilation mécanique, augmentation du taux de pneumopathie acquise sous ventilation mécanique, augmentation de la mortalité intra-hospitalière. Malgré un sevrage ventilatoire bien conduit et un test de VS réussi, la prédiction de l’échec d’extubation reste un challenge pour le réanimateur, notamment chez les patients dont le sevrage a été difficile ou prolongé. Notre étude tente de montrer l’intérêt de la mise en place d’un protocole de sevrage ventilatoire comprenant une évaluation de kinésithérapie sur le taux d’échec d’extubation en réanimation. Matériel et méthode : Après accord du comité d’éthique local et du Centre de Protection des Personnes Sud-Ouest, nous avons réalisé une étude observationnelle monocentrique type « avant-après » comparant une cohorte rétrospective de patients dont le sevrage ventilatoire et l’extubation étaient librement gérés par le réanimateur à une cohorte prospective après introduction du protocole de sevrage comprenant une titration par l’infirmier de la sédation – analgésie – curarisation, un test de VS standardisé, une évaluation de kinésithérapie pré-extubation sur des facteurs de risque reconnus d’échec, une prise en charge personnalisée post-extubation de kinésithérapie voire de VNI préventive. Tout patient sous ventilation invasive plus de 48h était inclus. Le critère principal de jugement était le taux d’échec d’extubation à 48h. Résultats : 85 patients ont été inclus dans la cohorte « Avant » et 102 dans la cohorte « Après ». Les deux groupes étaient comparables. La cohorte « Après » avait un taux d’échec d’extubation de 11% contre 31% pour la cohorte « Avant » (p=0,007). La durée de ventilation mécanique était de 6,13 jours en moyenne pour la cohorte « Après » contre 7,95 jours pour la cohorte « Avant » (p=0,02). Il n’y avait pas de différence en termes de durée d’hospitalisation ou de mortalité. Discussion : L’introduction du protocole de sevrage ventilatoire a permis d’améliorer les chances d’extubation en réanimation. Il s’appuie sur un trinôme infirmier – kinésithérapeute – médecin. L’infirmier titre la sédation selon les objectifs prescrits pour débuter le sevrage au plus tôt. Le kinésithérapeute évalue objectivement des facteurs de risque d’échec d’extubation au cours du test de VS : encombrement bronchique, fatigue musculaire respiratoire, efficacité de la toux. Il peut personnaliser ses séances sur les points à améliorer après extubation. Le réanimateur place le patient dans les meilleures conditions pour la réussite d’extubation concernant ses comorbidités et le motif d’assistance ventilatoire. Enfin, il peut décider d’une VNI préventive chez une population de patients particulièrement à risque d’échec d’extubation, ciblée par l’évaluation du kinésithérapeute.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [148 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01164679
Contributor : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Submitted on : Wednesday, June 17, 2015 - 3:08:18 PM
Last modification on : Wednesday, August 23, 2017 - 4:32:02 PM
Long-term archiving on: : Tuesday, April 25, 2017 - 11:12:46 AM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01164679, version 1

Collections

Citation

Élodie Mazocky. Intérêt de la mise en place d’un protocole de sevrage ventilatoire comprenant une évaluation de kinésithérapie sur le taux d’échec d’extubation en réanimation. Médecine humaine et pathologie. 2014. ⟨dumas-01164679⟩

Share

Metrics

Record views

579

Files downloads

1273