La fonction contenante : un double ancrage corporel et relationnel

Résumé : La fonction contenante est celle dont use l’individu à chacune de ses rencontres avec l’« objet », qui lui permet de mettre du sens sur les sensations et affects, que cette rencontre éveille en lui. Cette mise en sens est nécessaire, pour maintenir les « objets » internes au sein de la psyché, les maitriser, les organiser et les mobiliser pour permettre les processus de pensée. La fonction contenante autonome de l’enfant se différencie progressivement à partir de la fonction contenante assurée, dans les phases précoces de son développement, par son entourage. Ce dernier nourrit chez l’enfant le sentiment d’une enveloppe corporelle solide mais souple qui lui assure une sécurité de base, et lui transmet les schèmes de catégorisation et de transformation, nécessaires à la mise en représentation. En résumé, la fonction contenante s’étaie sur un double ancrage, corporel et relationnel, paradigme de l’abord thérapeutique en psychomotricité. Si l’autonomisation de cette fonction contenante ne peut avoir lieu, les affects resteront à l’état brut et seront générateurs d’angoisses qui devront être projetées hors de l’individu sous des formes pathologiques diverses. Au sein de cet écrit, nous avons pu développer deux troubles spécifiques que sont l’inhibition et l’instabilité psychomotrice, mais un défaut de contenance peut se retrouver, à des degrés divers, au sein de nombreux troubles. De ce point de vue, la fonction contenante ou fonction à contenir, représente un enjeu majeur en thérapie psychomotrice. L’objectif du psychomotricien est alors d’« aider le patient à se construire dans des limites plus tranquilles et plus sécurisantes, afin d’accéder à des voies de symbolisation plus secondarisée. » (C. Potel, "La question du cadre thérapeutique, la contenance, les limites, le corps", in Être psychomotricien, Eres, 2010, p. 324) Pour comprendre le patient, le psychomotricien utilise sa lecture privilégiée du dialogue non-verbal, du tonus et de l’utilisation de l’espace, comme lieu de projection du vécu corporel. Afin d’élaborer ce vécu pour le compte du patient, il doit lui-même se placer en position de contenant potentiel ; c'est-à-dire être à la fois réceptacle et séparateur. Enfin, n’oublions pas que dans la thérapeutique, la réelle contenance est celle qui parlera au sujet soigné.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2015
Liste complète des métadonnées

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01195826
Contributeur : Brigitte Tauzin-Fin <>
Soumis le : mardi 8 septembre 2015 - 15:18:10
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:32:41
Document(s) archivé(s) le : mercredi 9 décembre 2015 - 10:41:44

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01195826, version 1

Collections

Citation

Fiona Vogel. La fonction contenante : un double ancrage corporel et relationnel. Médecine humaine et pathologie. 2015. 〈dumas-01195826〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

439

Téléchargements de fichiers

5736