Étude comparative de patients atteints de schizophrénie, auteurs d'homicides impliquant des victimes intrafamiliales, extrafamiliales connues et inconnues

Résumé : L’homicide commis par une personne atteinte de schizophrénie est un événement rare. La proportion est estimée entre 5 et 11% des homicides dans la plupart des études. Cette thèse porte sur les caractéristiques de ces auteurs d’homicide en fonction de leur niveau de relation à la victime, faisant l'objet de très peu de recherches à ce jour. Une première partie envisage une revue de la littérature sur l’homicide et ses classifications, ses spécificités dans la schizophrénie, les facteurs associés au risque de violence et ses méthodes d’évaluation. La deuxième partie consiste en une étude descriptive réalisée à l'Unité pour Malades Difficiles de Cadillac en Gironde, comparant les caractéristiques sociodémographiques, cliniques et criminologiques de 90 patients atteints de schizophrénie et auteurs d’homicides, en fonction de leur relation à la victime, intrafamiliale (n=43), extrafamiliale connue (n=26) ou inconnue (n=21). L'âge moyen au moment des faits était de 36 ans, la médiane pour la durée de la maladie étant de 6,5 ans. Les patients avaient pour la plupart déjà séjourné en psychiatrie ou reçu un traitement antipsychotique (67%). La majorité avait des symptômes psychotiques positifs avec délire, notamment de persécution (77%), et injonctions hallucinatoires (69%), près de la moitié des sujets étant sous l'effet d'une substance au moment des faits. En comparaison avec les patients ayant commis des crimes intrafamiliaux, les auteurs d’homicide impliquant une personne inconnue étaient plus souvent célibataires, en situation de précarité et sans domicile fixe. Un diagnostic de personnalité dyssociale était plus fréquemment associé, de même que les antécédents de violences physiques ou sexuelles subies, d'infractions sans violences et la possession habituelle d'une arme. Le crime avait plus fréquemment lieu sur la voie publique, sous l'emprise d'une ou plusieurs substances, la victime étant plus souvent masculine avec une fuite de l'auteur au décours immédiat des faits. Les crimes intrafamiliaux étaient plus souvent prémédités, prenant pour victime un persécuteur désigné.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2015
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [149 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01218669
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : mercredi 21 octobre 2015 - 15:25:55
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:40:15
Document(s) archivé(s) le : samedi 23 janvier 2016 - 00:46:53

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01218669, version 1

Collections

Citation

Jean-Baptiste Valiente-Moro. Étude comparative de patients atteints de schizophrénie, auteurs d'homicides impliquant des victimes intrafamiliales, extrafamiliales connues et inconnues. Médecine humaine et pathologie. 2015. 〈dumas-01218669〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

136

Téléchargements de fichiers

1418