Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Ventilation non invasive‎ : expérience clinique sur 8 ans dans un service de réanimation médicale

Résumé : La ventilation non invasive (VNI) représente une alternative efficace à la ventilation mécanique (VM) endotrachéale, qui s'est largement développée dans la prise en charge de l'insuffisance respiratoire aiguë (IRA) en réanimation. Néanmoins, les conditions réelles de son application et ses résultats peuvent s'avérer difficiles à appréhender dans la pratique quotidienne. L'objectif de notre travail a donc été de rapporter l'expérience clinique du service de Réanimation Médicale du CHU de Rouen depuis les dernières recommandations nationales publiées. Matériel & méthodes : Nous avons mené une étude rétrospective observationnelle, à partir du codage informatique et des dossiers informatisés des patients admis en réanimation aiguë. Les patients éligibles étaient ceux ayant bénéficié d'une VNI de 2006 à 2013. Trois groupes ont été définis selon l'indication de la VNI : IRA hypoxémique, IRA hypercapnique et VNI post-extubation (préventive, curative ou sevrage). Outre le caractère descriptif de notre étude, les critères d'évaluation ont été le taux de succès/échec de la VNI, son incidence d'utilisation et les facteurs prédictifs d'échec de la technique. Résultats : Sur 5031 VM pratiquées en 8 ans, 1077 VNI étaient éligibles (21,4%). 979 VNI pour IRA ont été retenues (19,4%), dont 399 IRA hypoxémiques (40,8%), 406 IRA hypercapniques (41,5%) et 174 VNI post-extubation (17,8%). Les principales étiologies d'IRA ont été les pneumopathies ou surinfections bronchiques (35,8%) et les oedèmes aigus pulmonaires (OAP) cardiogéniques (24,3%). L'incidence d'utilisation de la VNI a augmenté de 25,5 à 59% jusqu'en 2012. Le taux global de succès de la VNI a été de 78,1%, et différait significativement selon les groupes: 72,4% pour l'IRA hypoxémique, 80,8% pour l'IRA hypercapnique, 85,1% pour la VNI post-extubation (p<0,001). L'efficacité de la technique est restée stable dans le temps, malgré une gravité croissante des patients (IG511). La mortalité globale en réanimation a été de 11%. L'indication de la VNI (p<0,001), le motif de la VNI post-extubation (p=0,008), les antécédents respiratoires (p=0,001), l'immunodépression (p<0,001), l'IGS II (p<0,001) ont été retrouvés comme principaux facteurs prédictifs d'échec de la technique. Conclusion : Notre expérience clinique démontre qu'en pratique quotidienne, la VNI constitue une alternative efficace et sécuritaire à l'intubation, sous réserve qu'elle soit pratiquée dans un environnement adapté, par une équipe expérimentée. Cette technique peut représenter l'assistance ventilatoire de première intention dans bon nombre d'indications d'IRA, et s'avérer très utile pour la prise en charge de la phase post-extubation.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [72 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01228410
Contributor : Bibliothèque Santé <>
Submitted on : Friday, November 13, 2015 - 10:01:33 AM
Last modification on : Monday, December 2, 2019 - 10:24:01 AM
Long-term archiving on: : Sunday, February 14, 2016 - 11:22:05 AM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01228410, version 1

Citation

Marion Fresco. Ventilation non invasive‎ : expérience clinique sur 8 ans dans un service de réanimation médicale. Médecine humaine et pathologie. 2015. ⟨dumas-01228410⟩

Share

Metrics

Record views

190

Files downloads

120