Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Traitement par Natalizumab des scléroses en plaques récurrentes rémittentes‎ : évaluation des paramètres d’efficacité et de tolérance à 2 ans sur la cohorte rouennaise

Résumé : Relever les données d’efficacité et de tolérance du traitement au sein de la cohorte rouennaise de patients atteints de SEP traités et de les comparer aux données de l’étude pivot AFFIRM ainsi que des études françaises lilloises et strasbourgeoises. Évaluer si les résultats des sérologies JCV ont entrainé une modification des prescriptions. MATÉRIELS ET MÉTHODES : Nous avons identifié tous les patients traités par Natalizumab au CHU de Rouen entre le 1er juin 2007 et le 1er juin 2013 pour lesquels un suivi minimum de 2 ans sous traitement était disponible. Nous avons relevé les caractéristiques de la maladie (âge de début, nombre et type de traitements antérieurs, nombre de poussées dans les 2 ans et dans l'année précédant la mise sous traitement, le handicap à la mise sous traitement et 2 ans après). Nous avons également recueilli les données d'imagerie (nombre de lésions T2 et de lésions rehaussées par le gadolinium à la mise sous traitement et après 2 ans) et du bilan pré thérapeutique. RÉSULTATS : Nous avons identifié 71 patients d’âge moyen de 43 ± 10.5 ans [25-71] et de durée moyenne d’évolution de la maladie de 9.8 ± 6.5 ans [1-31]. Le taux annualisé de poussée estimé sur les 24 mois avant traitement était de 1.9 ± 0.9 [1-4] et le score EDSS initial de 3.7± 2.1 [1-7]. Une activité radiologique de la maladie estimée par la présence de lésions IRM prenant le contraste était constatée chez 65.1 % de nos patients à l’instauration du traitement. Cinquante-trois soit 74.6% des patients inclus ont effectué la totalité des 2 ans de traitement. Parmi ceux-ci, une réduction de l’activité inflammatoire clinique (réduction de 85% du taux annualisé de poussée à 2 ans) et radiologique (réduction de 100% des lésions IRM prenant le contraste) a été constatée. Une absence de tout activité de la maladie était obtenue pour de 35% des patients. Le profil de tolérance s’est avéré satisfaisant avec seulement 7% d’arrêt du traitement relatif à un effet indésirable. Nous avons relevé 1 cas de LEMP et 1 encéphalite à VZV. CONCLUSION : Nos données confirment l’efficacité du Natalizumab sur la part inflammatoire de la SEP récurrente-rémittente, tant sur l’activité clinique que radiologique. Cette efficacité semble d’autant plus efficace que le traitement est instauré précocement. Par ailleurs, nous avons noté une bonne réponse des patients atteints de SEP secondairement progressives et conservant une activité inflammatoire. Enfin, nous avons eu un cas de LEMP chez un patient ne présentant qu’un seul des 3 facteurs de risque connus. Ceci doit rappeler au clinicien de rester prudent dans son discours avec le patient lors de la réévaluation du rapport bénéfice/risque du traitement.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

Cited literature [125 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01228446
Contributor : Bibliothèque Santé <>
Submitted on : Friday, November 13, 2015 - 10:31:47 AM
Last modification on : Monday, December 2, 2019 - 10:24:01 AM
Long-term archiving on: : Sunday, February 14, 2016 - 11:49:30 AM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01228446, version 1

Citation

Grégory Folliot. Traitement par Natalizumab des scléroses en plaques récurrentes rémittentes‎ : évaluation des paramètres d’efficacité et de tolérance à 2 ans sur la cohorte rouennaise. Médecine humaine et pathologie. 2015. ⟨dumas-01228446⟩

Share

Metrics

Record views

180

Files downloads

2407