Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

L'impact du jeune du ramadan chez des patients diabétiques de type 2

Résumé : La prévalence du diabète de type 2, une des maladies chroniques les plus fréquentes, ne cesse d'augmenter. En France, on estime que 230 000 musulmans diabétiques jeûneraient un mois par an. Néanmoins, il existe peu d'études à ce sujet. Nous avons analysé l'impact du jeûne, observé lors du Ramadan d'été 2015, sur la prise en charge et l'équilibre glycémique de patients diabétiques de type 2. Méthodologie : 45 patients diabétiques de type 2 de confession musulmane, suivis par 3 médecins généralistes au cabinet de la Grand Mare à Rouen, ont été contactés par téléphone de mai à août 2015. 27 d'entre eux, observant le jeûne du 18 juin au 18 juillet, ont été inclus pour répondre de manière prospective à un questionnaire standardisé. À travers cette enquête observationnelle, nous avons étudié la variation du taux d'hémoglobine glyquée mesurée avant et après le jeûne. L'absence de différence était définie par une variation inférieure ou égale à 0.5%. Nous avons également étudié les caractéristiques des patients et la prise en charge de leur diabète pendant cette période. Résultats : La population était homogène, la moyenne d'âge était de 61 ans. Seul 1 patient, sous insuline, avait interrompu le jeûne en raison de malaises hypoglycémiques trop fréquents. Chez 13 patients (50%), nous n’avons observé aucune différence d'HbA1c. 3/4 d'entre eux avaient demandé un avis médical avant de jeûner. Seulement 1/4 surveillaient leur glycémie capillaire. Nous avons enregistré une perte de poids moyenne de 2kgs. Ce groupe était constitué essentiellement de femmes d'âge moyen qui avaient auparavant un bon suivi de leur diabète et des valeurs d'HbA1c normales et stables dans le temps. Une baisse de l'hémoglobine glyquée était constatée chez 10 patients (38.46%). La plupart était des hommes jeunes, dont le suivi du diabète était bon, malgré des valeurs d'hémoglobine glyquée antérieures au jeûne souvent trop hautes. Ils avaient tous demandé un avis médical et surveillaient leur glycémie capillaire. La perte de poids était plus grande (en moyenne 4.3kgs). Seulement 3 patients (11.54%) avaient majoré leur taux d'HbA1c. Chez eux, le suivi était moins bon, les taux d'HbA1c trop hauts et instables, et aucune surveillance glycémique n'était réalisée. Il s'agissait surtout d'hommes jeunes. Conclusion : Si la gestion d'une telle maladie est complexe, elle l'est davantage au cours du jeûne du Ramadan. Une consultation médicale en amont paraît indispensable afin d'évaluer pour chaque patient les risques potentiels, d'adapter leur traitement, de préconiser une surveillance des glycémies capillaires, de les sensibiliser sur la conduite à tenir en cas de complications et de leur délivrer des conseils pour la gestion de l'équilibre alimentaire.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

Cited literature [12 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01229791
Contributor : Bibliothèque Santé <>
Submitted on : Tuesday, November 17, 2015 - 11:06:32 AM
Last modification on : Tuesday, November 10, 2020 - 4:49:54 PM
Long-term archiving on: : Thursday, February 18, 2016 - 12:40:16 PM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01229791, version 1

Citation

Fanny Druais. L'impact du jeune du ramadan chez des patients diabétiques de type 2. Médecine humaine et pathologie. 2015. ⟨dumas-01229791⟩

Share

Metrics

Record views

229

Files downloads

4211