Devenir à 1 an après une infection à Chikungunya des sujets hospitalisés en court séjour gériatrique

Résumé : Introduction : La Martinique, située en zone tropicale, a connu sa première épidémie de Chikungunya entre décembre 2013 et janvier 2015. Les sujets âgés constituent une catégorie de la population vulnérable. L’objectif principal de notre étude est d’évaluer la mortalité à un an des patients âgés de 75 ans ou plus, hospitalisés dans une unité de court séjour gériatrique, ayant présenté une infection aiguë par le virus du Chikungunya entre le 1er janvier et le 30 avril 2014. L’objectif secondaire est d’étudier la majoration de la dépendance à 1 an chez ces patients. Matériels et méthodes : Notre étude était rétrospective, observationnelle, descriptive. Les patients de plus de 75 ans, ayant présenté une infection par le virus du Chikungunya et hospitalisés dans une unité de court séjour gériatrique du Centre Hospitalier et Universitaire de la Martinique entre le 1er janvier et le 30 avril 2014, ont été inclus. Les patients ou leurs aidants ont été recontactés par téléphone 1 an après leur sortie d’hospitalisation afin de déterminer le statut vital ainsi que le niveau des aides mises en place à domicile chez les patients vivants. Résultats : 45 patients remplissaient les critères d’inclusion de notre étude. Un an après l’infection par l’arbovirose du Chikungunya, 8 patients sont décédés soit 18,18%. La dénutrition était sévère chez 75% des patients décédés avec des résultats à la limite de la signification (p = 0,08). 32 patients ont majorés leur dépendance à 1 an d’une infection par le virus du Chikungunya soit 88,88%. Discussion : Dans notre étude, le taux de mortalité à 1 an d’une infection par le virus du Chikungunya est inférieur à ceux retrouvés dans la littérature après un épisode aiguë. La dénutrition sévère semble être un facteur associé au risque de décès à 1 an. 88,88% des patients avaient majorés leur dépendance à 1 an ; ce chiffre est bien supérieur aux données de la littérature concernant la perte d’autonomie après un épisode aiguë chez le sujet âgé. L’arbovirose du Chikungunya entraîne une impotence fonctionnelle majeure à la phase aiguë pouvant expliquer ce résultat. Conclusion : L’infection par le virus du Chikungunya peut avoir des conséquences délétères chez la personne âgée. Elle entraîne notamment une perte d’autonomie importante. Les sujets âgés fragiles constituent une sous-classe de la population âgée particulièrement vulnérable. Il conviendrait de les dépister en amont de l’épisode aigu par l’utilisation d’échelles simples, afin de mettre en place des stratégies de consolidation des axes de fragilité. Nous pourrions ainsi limiter l’impact d’un épisode aigu tel que l’arbovirose du Chikungunya. Actuellement, seule la lutte anti-vectorielle est efficace pour lutter contre cette infection.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2015
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [19 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01247181
Contributeur : Pointe À Pitre Bhu <>
Soumis le : lundi 21 décembre 2015 - 14:43:26
Dernière modification le : mercredi 18 juillet 2018 - 20:11:28
Document(s) archivé(s) le : samedi 29 avril 2017 - 23:11:22

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01247181, version 1

Collections

Citation

Camille Nicolon. Devenir à 1 an après une infection à Chikungunya des sujets hospitalisés en court séjour gériatrique. Médecine humaine et pathologie. 2015. 〈dumas-01247181〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

171

Téléchargements de fichiers

283