Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Épilepsie partielle continue : étude vidéo-EEG et évolution à partir d'une série de 28 patients

Résumé : Introduction : L’épilepsie partielle continue (EPC) est une forme rare d’épilepsie qui se manifeste par des myoclonies focales continues, d’origine corticale. L’objectif de cette étude a été d’étudier une série de patients présentant une EPC à partir de documents vidéo-EEG (VEEG), afin de confirmer le diagnostic, préciser sa sémiologie, établir les différentes étiologies, analyser la prise en charge thérapeutique et évaluer le pronostic.
Patients et méthodes : Le critère principal d’inclusion de cette étude a été un diagnostic d’EPC documenté par VEEG. Une étude sémiologique et une analyse de la polygraphie EEG-EMG ont été faites à partir des enregistrements VEEG. Un moyennage rétrograde (MR) a été réalisé à partir de certaines polygraphies. Le bilan étiologique a comporté une imagerie cérébrale et un bilan biologique. La prise en charge thérapeutique immédiate a été analysée, ainsi que le traitement étiologique. L’évolution à long terme a été étudiée.
Résultats : Vingt-huit patients ont été inclus dans cette étude rétrospective, de 51,6 ans d’âge moyen. Des crises partielles motrices de même topographie ont été associées dans 75% des cas. La durée moyenne de l’EPC a été de 47 jours. L’analyse VEEG a montré, un myoclonus positif dans 85,7% des cas, négatif dans 3,6% des cas et mixte dans 10,7% des cas. Des évènements EEG paroxystiques focaux ont été corrélés avec les myoclonies dans 57,1% des cas. Le MR réalisé chez 12 patients, a été contributif dans 3 cas. Des lésions de la région centrale ont été retrouvées chez 89,3% des patients à l’imagerie. Les étiologies retrouvées ont été tumorales (28,6%), vasculaires (21,4%), inflammatoires (10,7%), infectieuses (3,6%), post-traumatiques (3,6%), indéterminées (25%). L’EPC a été pharmacorésistante et a nécessité une polythérapie antiépileptique dans 61% des cas. Le traitement étiologique a montré son efficacité.L’évolution a été péjorative avec un taux de décès à 32,1%.
Discussion : Cette étude est la plus grande série de cas d’EPC tous documentés par VEEG. L’analyse VEEG a permis de réduire les insuffisances liées au caractère rétrospectif de cette étude, en confirmant le diagnostic d’EPC et en écartant les diagnostics différentiels. Lorsque l’EEG et le MR ne retrouvent pas d’anomalies focales corrélées aux myoclonies, l’association à des crises partielles motrices de même topographie et la présence de lésions de la région centrale, confortent l’origine corticale de l’EPC. Les causes vasculaires et tumorales sont les plus fréquentes chez l’adulte.L’EPC est souvent pharmacorésistante et symptomatique, son diagnostic étiologique précoce est important.
Conclusion : La VEEG contribue au diagnostic parfois difficile de l’EPC. Le taux élevé de formes symptomatiques incite à un diagnostic étiologique précoce. Une étude VEEG prospective, pourrait contribuer à une meilleure compréhension de sa physiopathologie et améliorer sa prise en charge thérapeutique. L’évolution est souvent péjorative et dépend de l’étiologie sous-jacente.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

Cited literature [70 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01256347
Contributor : Bibliothèque Universitaire de Médecine Nice <>
Submitted on : Thursday, January 14, 2016 - 4:35:43 PM
Last modification on : Thursday, January 7, 2021 - 12:50:01 PM
Long-term archiving on: : Friday, November 11, 2016 - 6:30:03 AM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01256347, version 1

Citation

Claire Hourrègue. Épilepsie partielle continue : étude vidéo-EEG et évolution à partir d'une série de 28 patients . Médecine humaine et pathologie. 2014. ⟨dumas-01256347⟩

Share

Metrics

Record views

250

Files downloads

3870