Épidémiologie des infections invasives à candida au Centre Hospitalier Universitaire d'Amiens

Résumé : Introduction : Les candidoses systémiques sont des affections graves, en progression constante, touchant principalement des patients fragiles immunodéprimés ou de réanimation. Ces infections restent grevées d’une lourde mortalité. L’objectif de cette étude était de comparer les patients ayant une péritonite à Candida, les patients ayant une candidémie et les autres localisations d’infection à Candida. Patients et méthodes : Étude épidémiologique monocentrique rétrospective, réalisée après analyse des données de tous les patients ayant eu un prélèvement profond positif à Candida (01/2010 à 12/2013). Le recueil de données a porté sur les données démographiques, mycologiques, les signes et les scores de gravité, l’évolution des patients, les traitements administrés et leur durée. Les données ont ensuite été comparées en fonction de la localisation de l’infection : candidémie (CAND), péritonite à Candida (PC), autres localisations (AL). Résultats : 432 patients ayant une candidose ont été inclus dans cette étude dont 126 (29,2 %) avec une CAND, 256 (59,2 %) avec un PC et 50 (11,6 %) avec une AL. Les patients étaient similaires dans les trois groupes. Les patients hospitalisés en réanimation avaient significativement plus de PC (p=0,001) alors que ceux qui avaient un « Peritonitis score » positif (≥3) avaient plus de risques d’avoir une péritonite (p=0,002). Il n’y avait pas de différence significative entre les groupes (p=0,122) pour les patients ayant un « Candida score » positif (≥2,5). La mortalité globale était de 35,5 % avec une mortalité de 45,6 % dans le groupe CAND, 31,6 % dans le groupe PC, et de 30 % dans le groupe AL. La différence était significative entre les 3 groupes avec un test de Log Rank à 7,167 (p=0,028). Il n’y avait pas de différence de mortalité entre les différentes espèces. Le germe le plus fréquemment retrouvé dans les CAND était C. albicans (59 %) suivi par C. parapsilosis (12.2 %), et dans les PC C. albicans (58,1 %) suivi par C. glabrata (16,1 %). La gravité, avec un score APACHE II > 15, et la localisation CAND étaient indépendamment associées à la mortalité. Le traitement par échinocandines ou par azolés était indépendamment associé à la survie. Conclusion : Les candidoses systémiques restent grevées d’une mortalité élevée à l’hôpital. Les candidémies sont plus sévères comparées aux autres localisations. Le traitement antifongique est indépendamment associé à la survie.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2015
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [45 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01289097
Contributeur : Hélène Weens <>
Soumis le : mercredi 16 mars 2016 - 10:29:09
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:41:06
Document(s) archivé(s) le : vendredi 17 juin 2016 - 10:14:37

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01289097, version 1

Collections

Citation

Jérémie Garnier. Épidémiologie des infections invasives à candida au Centre Hospitalier Universitaire d'Amiens. Médecine humaine et pathologie. 2015. 〈dumas-01289097〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

47

Téléchargements de fichiers

547