Les logiques patriarcales au sein d'EELV à Strasbourg

Résumé : L’ancrage associatif du mouvement écologiste avant sa mue partidaire, sa volonté de se distinguer et de faire de la “politique autrement” mais surtout l’engagement de plusieurs générations de militantes des Verts expliquent l’histoire singulières d’EELV du point de vue des rapports genrés. Inscrit au sein d’un champs politique très marqué par les logiques patriarcales, EELV se distingue par l’application d’une parité qui ne se limite pas à une “égalité parfaite entre les femmes et les hommes dans la représentation” mais qui concerne des domaines aussi divers de l’activité militante que la prise de parole ou encore le langage. Ce dispositif paritaire constitue une norme qui fait partie intégrante de la sociabilisation politique dispensé par le partie aux nouvelles et aux nouveaux entrant.e.s. Cette identité singulière, dans le champ politique, doit toutefois être relativisé. Elle peut se comprendre comme une façade égalitaire qui constitue une ressource - ne serait-ce que parce qu’elle permet au parti de se distinguer - dans la compétition partisane. Dès lors qu’on pose le regard sur les coulisses d’EELV, la permanence de logiques patriarcales, sous des formes propres au contexte d’EELV, est flagrante. Ainsi, les droits des femmes à EELV corresponde largement à ce que Catherine Achin a mis en lumière : il constitue un sujet très secondaire délégué à une commission “Féminisme” aux pouvoirs réduits et à des militants dont l’investissement est en partie utilisé à des fins qui correspondent à des objectifs propres à la compétition partisane. La construction de la façade égalitaire de même que l’usage d’un registre argumentaire d’explications, de justifications tendent à invisibiliser et à nier l’oppression des femmes au sein du parti. En même temps, le fondement différentialiste de la parité conduit moins à subvertir le système de genre qu'à sa recomposition, à sa réactualisation et à sa relégitimation sous couvert d’une revendication en apparence égalitaire. Aussi, le qualificatif de “révolution conservatrice” qu'utilise Catherine Achin et Sandrine Lévêque pour qualifier la parité nous semble particulièrement pertinent. D'autant que le cadre paritaire fournit un contexte d'opportunité favorable à l'agentivité de la classe de sexe des hommes. Le système de vote par collège sexué qui découle de la parité renforce la division des femmes et son instrumentalisation par les hommes dans la compétition politique. La conscience de classe de sexe des hommes se manifeste également par l’usage d’un registre d’argumentaire qui vise à exclure les femmes qui les concurrencent dans la compétition pour les mandats. Ces stratégies fondent leur légitimité par le recours à des thématiques adaptées au contexte d’EELV telle que le “renouvellement” ou la “société civile”. Cette conscience de classe peut également être saisie dans des pratiques telles que l’”humour” sexiste qui participe pleinement à réaffirmer l’appartenance de classe et à la chosification des femmes. Enfin, cette conscience de classe se traduit dans un entre-soi masculin qui, en coulisses, constitue le lieu du pouvoir réel.
Type de document :
Mémoires
Science politique. 2015
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [13 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01292566
Contributeur : Lucie Ribourg <>
Soumis le : mercredi 23 mars 2016 - 13:54:24
Dernière modification le : vendredi 29 septembre 2017 - 22:31:38
Document(s) archivé(s) le : vendredi 24 juin 2016 - 13:38:37

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01292566, version 1

Citation

Yannick Sabau-Chainais. Les logiques patriarcales au sein d'EELV à Strasbourg. Science politique. 2015. 〈dumas-01292566〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

140

Téléchargements de fichiers

84