Les pilules de 3e et 4e générations : la polémique et les nouvelles recommandations

Résumé : Tous les COP augmentent le risque thrombo-embolique veineux et artériel. Cependant en 1995, une publication dans the Lancet met en lumière le risque veineux deux fois plus important avec l'utilisation des COP de 3ème et 4ème générations. En France, cette prise de conscience intervient en 2012 avec l'affaire Marion LARAT. En effet, les progestatifs de dernières générations, développés pour une meilleure tolérance, sont moins androgéniques et moins aptes à contrer les effets des estrogènes. Ces COP au climat estrogénique modulent davantage l'hémostase, exerçant un effet pro-coagulant et hyperfibrinolytique plus marqué qu'avec les COP des générations précédentes. Le risque est faible mais il n'est pas recommandé de prescrire les COP de 3ème et 4ème générations en première intention. Avant la prescription d'un contraceptif, les facteurs de risque (le tabagisme, le poids, les thrombophilies) et les contre-indications doivent être recherchés dans l'objectif de trouver le moyen de contraception le plus adapté à la patiente.
Type de document :
Mémoires
Sciences pharmaceutiques. 2015
Liste complète des métadonnées

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01299644
Contributeur : Hélène Weens <>
Soumis le : vendredi 8 avril 2016 - 09:19:21
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:29:56
Document(s) archivé(s) le : lundi 14 novembre 2016 - 21:55:46

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01299644, version 1

Collections

Citation

Sophie Jandeaux. Les pilules de 3e et 4e générations : la polémique et les nouvelles recommandations. Sciences pharmaceutiques. 2015. 〈dumas-01299644〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

87

Téléchargements de fichiers

341