Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Identification des cellules de Sézary au CHU de Rouen et évaluation de l'apport des marqueurs CD158k, CD7 et CD26 en cytométrie de flux

Résumé : Le syndrome de Sézary est un lymphome cutané primitif d'origine lymphoïde T, historiquement défini par la triade érythrodermie, polyadénopathies généralisées et présence de cellules T néoplasiques (cellules de Sézary) circulantes. Un nombre absolu d'au moins 1000 cellules de Sézary par millimètre cube de sang périphérique est reconnu comme critère biologique diagnostique majeur. Or, l'évaluation actuellement rendue aux cliniciens au CHU de Rouen est faite en pourcentage de CS pour 100 lymphocytes examinés (microscopie optique). Devant l'existence de marqueurs spécifiques des cellules de Sézary (positivité du CD158k et perte des CD7 et CD26), il nous est apparu important d'évaluer d'une part, nos pratiques au sein du laboratoire, et d'autre part, de confirmer le potentiel de la cytométrie en flux à l'aide des marqueurs CD7, CD26 et CD158k. Matériel et méthode : 23 échantillons faisant l'objet d'une recherche de cellules de Sézary ont été analysés en prospectif à la fois en cytomorphologie et en cytométrie en flux. Parallèlement, 3 patients ayant un syndrome de Sézary diagnostiqué ont été suivis lors de leurs séances de photochimiothérapie extracorporelle (traitement de référence). Résultats : Seulement 37.5% (3/8) des patients Sézary ont été identifiés par cytologie alors qu'avec la combinaison d'anticorps monoclonaux CD7, CD26 et CD158k en cytométrie en flux 100% des patients Sézary (8/8) ont pu été identifiés selon les seuils diagnostiques actuels. Aucun patient non Sézary (0/15) n'a été diagnostiqué à tort. Une différence significative a été retrouvée entre les groupes Sézary et non Sézary pour chaque paramètre étudié : ratio CD4/CD8 (p<0.0001), cellules CD3+CD4+CD158k+ (p<0.0001), cellules CD3+CD4+CD26- (p<0.0001) et cellules CD3+CD4+CD7- (p=0.004). Une corrélation de 0.7 a pu être déterminée entre ces deux méthodes pour la recherche de cellules de Sézary. Le suivi des 3 patients au fil des séances de photochimiothérapie extracorporelle n'a pas mis en évidence d'effet notable sur la maladie résiduelle; en effet la réponse thérapeutique observée après 137 jours de suivi moyen se situait en « maladie stable » pour les 3 patients Sézary. Conclusion : Au total, l'analyse des cellules de Sézary en cytométrie en flux apparait clairement supérieure à la microscopie optique. L'utilisation en routine d'un panel d'immunophénotypage combinant CD7, CD26 et CD158k semble nécessaire pour une meilleure fiabilité du rendu de résultats et donc une meilleure prise en charge diagnostique et thérapeutique des patients.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [185 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01299658
Contributor : Bibliothèque Santé <>
Submitted on : Friday, April 8, 2016 - 9:51:33 AM
Last modification on : Monday, December 2, 2019 - 10:24:01 AM
Long-term archiving on: : Monday, November 14, 2016 - 9:50:19 PM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01299658, version 1

Citation

Céline Malassigné. Identification des cellules de Sézary au CHU de Rouen et évaluation de l'apport des marqueurs CD158k, CD7 et CD26 en cytométrie de flux. Médecine humaine et pathologie. 2015. ⟨dumas-01299658⟩

Share

Metrics

Record views

384

Files downloads

2529