Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Le logement urbain : pluralité de normes et d'acteurs dans trois villes est-africaines : Nairobi, Dar es Salaam, Mombasa

Résumé : L'ensemble des villes des Pays du Sud a connu depuis une cinquantaine d’Années une croissance sans précédent. Ainsi, la plupart des plus grandes métropoles mondiales se situent aujourd'hui dans des pays en développement. On comprend que la faiblesse des budgets de ces États soit difficilement compatibles avec les besoins énormes cités par la gestion de centre urbain de cette taille. Or, le problème le plus marquant de l'extension urbaine dans les pays en développement est certainement la création de quartiers totalement marginalisés par rapport au reste de la ville. Ces zones d'habitat ne reposent sur aucune planification gouvernementale de l'espace urbain. Considérées comme illégales ou informelles, elles abritent une population souvent pauvre, n'ayant pu ou voulu accéder à des quartiers d'habitation planifiés. La forme la plus extrême de ce genre de quartiers est qualifiée de bidonvilles, de favellas, ou de slums selon les régions du monde dans laquelle elle se situe, il y règne une grande pauvreté, un logement des plus précaires et un manque saisissant de services et infrastructures urbains. La création et la persistance de ce type de zone d'habitat est la marque la plus frappante de l’échec des États les abritant en matières de planification et de gestion urbaine. Mais, avant de parler de quartier d'habitat pauvre, encore faut-il définir le concept de pauvreté. La notion de pauvreté est extrêmement subjective et culturelle. Toutefois, on considère généralement comme pauvre dans les pays en développement trois catégories d'individus : les paysans, les chômeurs et les membres du secteur informel. En ce qui concerne les paysans africains, on se rend très vite compte qu'il est impossible de qualifier toute cette catégorie socioprofessionnelle en tant que pauvre. En effet, s'il est des paysans et en particulier des salariés agricoles ou des propriétaires de parcelles minuscules qui souffrent véritablement de manque de moyens, la condition générale du reste de ce groupe est en général meilleure que la majorité de la population. En effet, même si leur revenu monétaire est faible, ils peuvent dans la plupart des cas subvenir aux besoins alimentaires de leur famille grâce aux « revenus » que leur procure la terre. Les paysans ont plus en effet à faire face à des crises temporaires dues en grande partie aux conditions naturelles qu'une pauvreté structurelle. Les chômeurs africains semblent eux particulièrement défavorisés. En effet, pas un seul pays d'Afrique subsaharienne n'a de véritable système d'assurance chômage.[...]
Complete list of metadatas

Cited literature [11 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01313471
Contributor : Ben Ogumbo <>
Submitted on : Tuesday, May 10, 2016 - 8:19:49 AM
Last modification on : Wednesday, August 23, 2017 - 4:31:53 PM
Long-term archiving on: : Tuesday, November 15, 2016 - 11:23:49 PM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01313471, version 1

Collections

Citation

Marie-Ange Goux. Le logement urbain : pluralité de normes et d'acteurs dans trois villes est-africaines : Nairobi, Dar es Salaam, Mombasa. Géographie. 2001. ⟨dumas-01313471⟩

Share

Metrics

Record views

155

Files downloads

238