Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Contribution à l'étude d'un paysage théier : l'exemple des petits exploitants de Kericho (Kenya)

Résumé : Avec un thé noir de qualité, le Kenya occupe désormais la quatrième place des producteurs et le troisième rang des exportateurs mondiaux. Largement devant le Malawi et la Tanzanie, il est le premier producteur et exportateur africain de thé. Par ailleurs, il faut souligner le fait que le thé est en tête des marchandises exportées du Kenya, contribuant pour près de 20% des recettes de l'exportation du pays. II est la deuxième source de devises (après le tourisme), et on pense même qu'il évoluera vers la toute première position dans un futur proche. C'est dire la place que le Kenya représente au sein du marché théier international, et le rôle essentiel du thé dans l'économie kenyanne (ce que peu semblent savoir finalement...).
Le thé à la conquête de l'Afrique : D'origine asiatique, déjà en usage en Chine au IVe siècle avant J.-C. et considéré comme la boisson la plus ancienne au monde, c'est d'abord à travers l'Orient que le thé entame son irrésistible progression. Déjà, Thaïlande, Birmanie et Japon succombaient aux charmes de cette infusion, sans oublier les Indiens et les Tibétains séduits eux aussi ; enfin les Arabes, les Perses et les Mongols furent à leur tour conquis par les vertus du thé. La Compagnie des Indes Néerlandaises en répandit l'usage et le commerce en Europe au XVIIe siècle, rattrapée bientôt par la Compagnie des Indes Orientales : les courses sur les Routes du Thé allaient commencer.
L'histoire du Camelia sinensis en Afrique est relativement complexe, car faite de rares témoignages souvent contradictoires. Cependant, il semblerait que le premier théier fut introduit a Durban à la fin du XlXe siècle. L'Ouganda fut le précurseur en Afrique de l'Est en tentant l'expérience en 1900, suivi 3 ans plus tard par son voisin le Kenya, lorsque Mr Caine, un colon de la région de Limuru (Province Centrale), sema avec succès quelques graines rapportées d'un voyage en Inde. Plusieurs fermiers décidèrent alors de se lancer dans la production à Limuru, puis des 1912 deux colons de Kericho entreprirent de développer la culture à une échelle commerciale en plantant près de 200 acres de thé.
Le développement de Ia théiculture au Kenya ne prit véritablement son essor qu'avec l'entrée en scène de deux grandes compagnies anglaises d'ores et déjà impliquées dans le marché du thé en Inde : Brooke Bond et Company d'abord, puis James Finlay. Impressionnées par les premiers résultats obtenus à Limuru et Kericho, et cherchant à réduire leurs coOts en évitant transports et droits d'importation, les deux Compagnies achetèrent près de 27 000 acres en 1924 et créèrent respectivement Ia « Kenya Tea Company » et « African Highlands Produce Ltd » afin de mener à bien Ia production sur place. Un an après, l'East African Royal Commission se montrait plus qu'optimiste quant aux chances de succès de cette nouvelle culture au Kenya.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [11 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01331073
Contributor : Ben Ogumbo <>
Submitted on : Monday, June 13, 2016 - 2:08:36 PM
Last modification on : Tuesday, November 19, 2019 - 10:04:46 AM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01331073, version 1

Citation

Anne-Sophie Brouillet. Contribution à l'étude d'un paysage théier : l'exemple des petits exploitants de Kericho (Kenya). Géographie. 1997. ⟨dumas-01331073⟩

Share

Metrics

Record views

140

Files downloads

117