Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

De Beaune au Kilimandjaro : réflexion autour du terroir

Résumé : Depuis un demi-siècle, après la seconde guerre mondiale, se développe un phénomène que tous s'accordent à nommer mondialisation ou globalisation, c'est-à-dire une complexification des rapports d’échelles, une densification des systèmes spatiaux, et une croissante interdépendance entre eux. Comment ceci se traduit-il dans les différents espaces ? La géographie, comme toutes les autres sciences, s'inscrit progressivement dans ce nouveau paradigme. Cependant, cela implique une redéfinition des bases analytiques, une réinvention de notre regard sur les phénomènes. Par exemple, les logiques urbain/rural telles qu'elles étaient abordées, de manière très duale, dichotomique, s'adaptent à cette rapide évolution. On ne parle plus de ville et de campagne de manière franche, mais d'un gradient d’interdépendances fortes qui donne lieu à la mise en place d'une terminologie plus riche. En effet, devant la complexification du phénomène, on complexifie de même les mots qui le décrivent. Ainsi parle-t-on à présent de rurbain, néo-rural, péri-urbain... Cependant, remarquons que cet enrichissement terminologique (et donc analytique), suit la théorie, beaucoup moins novatrice, du centre urbain et de la marge rurale. L'analyse scientifique, exprimée par son lexique, progresse donc en tache d'huile de la ville vers le reste. L'analyse des espaces ruraux reste donc attachée à sa vision traditionnelle. Elle emploie certes les outils modernes (le concept de territoire surtout), mais demeure monographique, régionale et, en un sens, descriptive.
Nous nous proposons ici d'aborder les choses à l'inverse. Nous voulons tout d'abord définir conceptuellement un type d'espace rural présentant un intérêt particulier, et, ensuite, construire une problématique elle aussi conceptuelle (qui ne soit pas ramenée à une conjoncture particulière), endogène non pas du point de vue de l'exemple, mais de celui de la structure caractéristique. Cette logique a pour but de permettre, dans un contexte global, une analyse qui ne soit pas basée sur le particularisme, et qui s'ouvre à la communication croissante entre les espaces.
Pour ce faire, il nous fallait choisir des objets qui présentent une identité structurale commune et assez forte pour en justifier l'analyse. De plus, il nous semblait important que ceux-ci fussent des espaces, des systèmes à première vue « typiquement ruraux ». Le choix paraît alors logique d'axer nos ambitions sur une problématique agricole. Quel départ conceptuel trouver alors, qui conjugue une forte identité structurale à un pivot agricole ? Le terroir semble bien répondre à ces préoccupations. Il présente de plus un intérêt scientifique majeur. Son caractère flou, à la fois non défini et pluri sémantique, introduit aussi bien sa richesse que sa difficulté. C'est pourquoi nous ne le prendrons pas comme fondation scientifique (il s'avère trop mouvant), mais plutôt comme fil conducteur de ce travail, construisant notre cheminement autour de son interrogation. C'est pourquoi nous ne prétendons pas ici définir le terroir, mais plutôt l'utiliser dans un objectif ; une analyse pertinente de ces espaces ruraux.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [20 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01336591
Contributor : Ben Ogumbo <>
Submitted on : Thursday, June 23, 2016 - 1:31:42 PM
Last modification on : Tuesday, July 9, 2019 - 10:12:43 AM
Long-term archiving on: : Saturday, September 24, 2016 - 11:23:33 AM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01336591, version 1

Citation

Ariane de Palacio-Villefort. De Beaune au Kilimandjaro : réflexion autour du terroir. Géographie. 2006. ⟨dumas-01336591⟩

Share

Metrics

Record views

84

Files downloads

132