Une diminution isolée du taux d’AMH peut-elle réduire les chances de succès en Assistance Médicale à la Procréation avec don de spermatozoïdes ?‎ Étude rétrospective au CECOS du CHU-Hôpitaux de Rouen

Résumé : Comparer les taux de grossesses en don de spermatozoïdes entre les patientes présentant une diminution isolée du taux d'AMH et les patientes présentant un taux d'AMH non abaissé au CECOS du CHU-Hôpitaux de Rouen, afin d'essayer de définir une prise en charge adaptée en AMP avec don de spermatozoïdes. Matériels et Méthodes : Étude rétrospective menée au sein du CECOS du CHU-Hôpitaux de Rouen entre le janvier 2010 et le 31 décembre 2015. Les patientes ayant réalisé au moins un cycle d'AMP avec don de spermatozoïdes et disposant d'un taux sérique d'AMH datant de moins d'un an ont été incluses dans l'étude. Les taux de grossesses ainsi que les caractéristiques des patientes et des cycles d'AMP ont été comparés entre les patientes présentant une diminution isolée du taux d'AMH et les patientes ayant un taux d'AMH non abaissé. Résultats : 204 patientes ont été incluses, soit 579 cycles d'AMP avec don de spermatozoïdes. L'indication du don était pour 76,9% représentée par une azoospermie non obstructive chez le patient, pour 19,1% par des échecs d'AMP intraconjugale et pour 3,9% par le risque de transmission d'une pathologie génétique à l'enfant. 63,7% des patientes incluses ont obtenu une naissance vivante durant l'étude. 23% des patientes (47) avaient un taux d'AMH < 2 ng/mL. Les patientes du groupe « AMH abaissée » avaient un taux de FSH significativement plus élevé et un CFA significativement plus faible que les patientes ayant un taux d'AMH non abaissé, pour un âge équivalent. De plus, en FIV, elles avaient significativement plus de dose totale de FSH, pour un nombre significativement plus faible d'ovocytes ponctionnés, d'ovocytes inséminés ou injectés, d'embryons obtenus et congelés (p<0,01). Il n'a pas été mis en évidence de différence significative en terme de grossesse / cycle quelle que soit la méthode d'AMP utilisée entre les 2 groupes de patientes. En revanche, dans le sous-groupe des patientes « AMH abaissée » il y avait significativement plus de grossesse / cycle en FIV ou ICSI qu'en IAD (p=0,04). Néanmoins cet avantage ne semblait concerner que les patientes de plus de 35 ans. Il n'a pas été mis en évidence de différence significative entre les résultats obtenus en FIV ou ICSI-D. Le sous-groupe des patientes ayant un taux d'AMH compris entre 1,5 et 2 ng/mL avait significativement le plus de chances de naissance à l'issue du parcours d'AMP. Les patientes ayant un taux d'AMH inférieur à 1 ng/mL ont obtenu le moins de grossesses, avec 30% de naissances à l'issue de leur parcours d'AMP. Conclusion : En don de spermatozoïdes, les patientes ayant une baisse isolée du taux d'AMH ont de moins bon paramètres en FIV, et moins de naissances à l'issue de leur parcours d'AMP. Le seuil en dessous duquel les patientes devraient être d'emblée orientées en FIV ou ICSI-D pourrait être fixé à 1,5 ng/mL. En dessous de 1 ng/mL, l'intérêt de la prise en charge en don de spermatozoïdes devrait être discuté avec le couple, en fonction du CFA et de l'âge de la patiente.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [28 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01400932
Contributeur : Bibliothèque Universitaire Rouen <>
Soumis le : mardi 22 novembre 2016 - 16:23:41
Dernière modification le : mardi 5 juin 2018 - 10:14:34
Document(s) archivé(s) le : mardi 21 mars 2017 - 10:37:38

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01400932, version 1

Citation

Céline Chanteloube. Une diminution isolée du taux d’AMH peut-elle réduire les chances de succès en Assistance Médicale à la Procréation avec don de spermatozoïdes ?‎ Étude rétrospective au CECOS du CHU-Hôpitaux de Rouen. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01400932〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

78

Téléchargements de fichiers

1089