La naturalisation chez les immigrés âgés : déterminants, conditions et rapport au cadre étatique

Résumé : La recherche effectuée dans ce mémoire permet d’explorer le rapport à la naturalisation des immigrés âgés et d’analyser ses spécificités. Elle se situe dans le contexte du vote récent d’une nouvelle disposition facilitant l’accès à la nationalité pour les plus de 65 ans, occasion de s’interroger sur la naturalisation parmi cette population. L’approche est de type mixed methods, alliant l’exploitation statistique de données de recensement et de l’enquête TeO d’une part, et des entretiens et des séances d’observation d’autre part. Les entretiens permettent de s’intéresser au rapport entretenu avec la naturalisation chez les personnes âgées de plus de cinquante ans, notamment à travers la question de leurs motivations à se naturaliser tardivement. D’autres entretiens, menés en association, ainsi qu’avec un député à l’origine de la nouvelle loi et plusieurs fonctionnaires de préfecture, fournissent des éléments d’analyse sur le cadre institutionnel et le rapport entre immigrés âgés et Etat. Enfin, ces rapports sont approfondis par des séances d’observation en préfecture. Ainsi, des tendances dans le rapport à la nationalité selon l’âge sont dégagées, notamment en montrant que celui-ci est particulièrement chargé symboliquement chez les générations plus anciennes. La partie statistique en particulier met en avant des différences dans le comportement des immigrés face à la naturalisation, en fonction des origines notamment et de l’âge. L’effet générationnel est particulièrement prononcé pour les personnes issues d’anciennes colonies, le cas des Algériens se démarquant plus spécifiquement avec des proportions de naturalisés particulièrement basses et une tendance à attendre plus longtemps et à être plus opposés à la naturalisation chez les générations ayant connu la colonisation. Ensuite, les motivations à se naturaliser sont explorées à travers l’enquête qualitative, pour montrer que les immigrés âgés ont, contrairement à certaines idées préconçues, des motivations à se naturaliser, liées à la perspective de la retraite notamment. On explique ensuite les déterminants et conditions de leur naturalisation tardive, en revenant sur les raisons de leur absence de démarche jusqu’alors : par choix, par indifférence ou par impossibilité. Une typologie idéal-typique était ainsi établie pour envisager les conditions d’un basculement vers la naturalisation. Cette approche, centrée sur l’expérience des individus, permet de faire le lien avec les obstacles à la naturalisation, existant en préfecture et dans le droit. En effet, certains immigrés âgés peuvent connaître des difficultés particulières, notamment ceux qui ne peuvent pas se faire aider par leur entourage, et surtout ceux qui n’ont pas effectué de regroupement familial et sont exclus par le droit. La dernière partie du mémoire porte sur ces aspects, pour enfin analyser la nouvelle loi sur la naturalisation. Ces différents éléments nous amènent à décrire celle-ci comme une mesure symbolique plutôt que d’ouverture, puisqu’elle perpétue les mêmes normes fondamentales du droit entravant l’accès à la nationalité pour une certaine population isolée.
Type de document :
Mémoires
Sociologie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [48 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01401036
Contributeur : Bernard Corminboeuf <>
Soumis le : mardi 22 novembre 2016 - 18:15:00
Dernière modification le : jeudi 11 janvier 2018 - 06:17:37
Document(s) archivé(s) le : lundi 27 mars 2017 - 09:22:51

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01401036, version 1

Collections

Citation

Sonia Planson. La naturalisation chez les immigrés âgés : déterminants, conditions et rapport au cadre étatique. Sociologie. 2016. 〈dumas-01401036〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

191

Téléchargements de fichiers

132