Une pratique agropastorale disparue valorisée à travers un bâti en ruine : la vallée du Haut-Adour (Haute-Bigorre)

Résumé : La vallée du Haut-Adour connaît une intense pratique agropastorale atteignant son apogée au cours du XIXe siècle. Cette activité n’a rien à voir avec celle que l’on connaît aujourd’hui. A côté du patrimoine paysager et mobilier, l’autre élément qui raconte l’histoire de ces hommes vivant en harmonie avec leur territoire, est l’impressionnant réseau de ruines que présente la vallée du Haut-Adour. Ces architectures en ruines, qui ne font aujourd’hui que simplement partie du paysage, avaient une fonction essentielle dans la pratique agropastorale du Haut-Adour. Les cabanes présentes à l’intérieur de ces courtàus (habitat pastoral d’altitude) exposent, plus qu’une adaptation au territoire, une adaptation architecturale liée autant aux besoins de l’homme, qu’aux besoins du troupeau. Les collectivités territoriales sont de plus en plus soucieuse de leur image. L’image du territoire va donc se faire sur la mise en scène de l’espace avec notamment l’instrumentalisation d’une identité, particulièrement dictée par des stéréotypes touristiques. La chasse à l’exception géographique va aussi être lancée, afin de mettre en valeur la singularité d’un territoire. L’économie touristique va apparaître comme une nouvelle ressource de la montagne. Au-delà des édifices ou des ensembles urbains, les sites naturels et les écosystèmes demandent également une protection. Ce droit du patrimoine paysager va devenir une partie importante du droit de l’environnement. Pour les Pyrénées, on peut citer la convention interrégionale de massif qui engage l’État et les régions concernées (anciennement l’Aquitaine, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon) sur un programme d’actions pour l’année 2015-2020. Les fonds structurels européens FEDER sont également mobilisés dans le cadre du POI Pyrénées, pour la période 2014-2020. Le patrimoine montagnard, en particulier celui du Haut-Adour, tend depuis quelques peu à se démarquer avec notamment la mise en avant d’un archaïsme propre à une vallée. Cet ingeniering patrimonial met en évidence différent acteurs jouant un rôle plus ou moins important au sein et autour de la vallée de Campan dans le but de valoriser son identité avant toute pastorale.
Type de document :
Mémoires
Héritage culturel et muséologie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [11 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01417150
Contributeur : Uppa - Bibliothèque Pierre Tucoo-Chala <>
Soumis le : mercredi 12 avril 2017 - 17:26:14
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:30:24

Licence


Copyright (Tous droits réservés)

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01417150, version 1

Collections

Citation

Lisa Midavaine Larouquie. Une pratique agropastorale disparue valorisée à travers un bâti en ruine : la vallée du Haut-Adour (Haute-Bigorre). Héritage culturel et muséologie. 2016. 〈dumas-01417150〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

258

Téléchargements de fichiers

41