Récidive d'instabilité glénohumérale après butée coracoïdienne de type Bristow-Latarjet : quelle place pour les stabilisations capsulaires arthroscopiques uni et bipolaires ?

Résumé : Introduction :
La récidive d’instabilité antérieure après butée coracoïdienne de type Bristow-Latarjet pose des problèmes chirurgicaux difficiles. L’objectif de cette étude était d’analyser les résultats des reprises chirurgicales par stabilisation arthroscopique unipolaire (retension capsulaire antérieure de type Bankart) ou bipolaire (Bankart associé à une capsulo-ténodèse postérieure ou « Hill-Sachs remplissage »).
Matériels et Méthodes :
Etude rétrospective unicentrique. Trente-neuf patients (33 hommes, 6 femmes) présentant une récidive d’instabilité antérieure après butée coracoïdienne de type Bristow (n=7) ou Latarjet (n=32), traités par retension capsulaire sous arthroscopie, ont pu être évalués avec 2 ans de recul minimum. L’âge lors de la reprise chirurgicale était de 30 ans (16-46). La butée était pseudarthrosée (n=9), migrée (n=9) ou lysée (n=1). Dix-sept patients présentaient une érosion sévère de la glène (>25%) et 24 patients une encoche humérale moyenne ou profonde (Calandra grades 2 et 3). Vingt patients ont bénéficié d’une stabilisation arthroscopique unipolaire (groupe A) et 19 patients ont bénéficié d’une stabilisation bipolaire (groupe B). Les deux groupes étaient statistiquement comparables sauf pour le recul qui était de 90 mois (27-208) pour le groupe A et de 52 mois (24-99) pour le groupe B. L’ablation des vis de la butée a été réalisée pour 27 patients dans le même temps. Vingt-six patients ont bénéficié de radiographies au dernier recul.
Résultats :
Trente-trois patients (85%) étaient satisfaits ou très satisfaits du résultat fonctionnel et 79% avaient pu reprendre le sport. Cinq patients (13%) ont présenté au moins un épisode de récidive d’instabilité antérieure après la reprise chirurgicale (4 à type de subluxations et 1 luxation), 3 dans le groupe A (16%) et 2 dans le groupe B (10,5%) (p≥0,05). Pour 4 patients la récidive est survenue précocement, dans les 6 premiers mois post opératoires. Deux patients ont été réopérés, un dans chaque groupe. Les patients présentant une érosion sévère de la glène (>25%) et / ou une encoche humérale (Calandra grades 2 ou 3) non remplie avaient une appréhension antérieure résiduelle plus fréquente (p<0,05). Au dernier recul, l’EVA était 1,3 ± 2, le SSV (Subjective Shoulder Value) 83% ± 19, le SSV sport était 69% ± 25, le score de Rowe 79 ± 24et le Walch-Duplay 75 ± 28. Les résultats fonctionnels n’étaient pas statistiquement différents entre les 2 groupes. Au dernier contrôle radiographique, aucun patient ne présentait d’arthrose glénohumérale sévère (Samilson 4).
Conclusion :
Les retensions capsulaires arthroscopiques unipolaire ou bipolaire après échec de butée coracoïdienne donnent des résultats objectifs et subjectifs satisfaisants avec un faible taux de récidive d’instabilité et la possibilité de reprendre le sport dans la majorité des cas. La présence d’une lésion osseuse glénoïdienne sévère (>25%) est une contre-indication à cette chirurgie des parties molles.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01427104
Contributeur : Bibliothèque Universitaire De Médecine de Nice <>
Soumis le : jeudi 5 janvier 2017 - 11:57:42
Dernière modification le : jeudi 11 janvier 2018 - 16:33:56
Document(s) archivé(s) le : jeudi 6 avril 2017 - 12:58:19

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01427104, version 1

Citation

Vincent Lavoué. Récidive d'instabilité glénohumérale après butée coracoïdienne de type Bristow-Latarjet : quelle place pour les stabilisations capsulaires arthroscopiques uni et bipolaires ?. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01427104〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

183

Téléchargements de fichiers

26