Troubles du contrôle des impulsions dans la maladie de Parkinson après stimulation cérébrale profonde : impact de la localisation des contacts stimulants

Résumé : Introduction :
La maladie de Parkinson est une maladie neuro-dégénérative fréquente. La survenue de troubles du contrôle des impulsions n’est pas rare dans cette pathologie, et a été mise en lien avec les traitements dopaminergiques. Néanmoins, ce type de troubles du comportement a également été observé après stimulation cérébrale profonde des noyaux sous-thalamiques chez des patients n’en ayant pas présenté sous dopathérapie.
Objectifs :
Notre étude s’intéresse au rapport entre l’apparition de ce type de troubles en post-opératoire d’une stimulation bilatérale des noyaux sous-thalamique chez des patients parkinsoniens et la localisation exacte des contacts stimulants au sein des ganglions de la base. L’objectif secondaire consistait à mettre en lien une variation de l’impulsivité pré-post-opératoire avec la SCP.
Méthodologie :
Nous avons recueilli de manière rétrospective les données socio-démographiques, médicales et thérapeutiques ainsi que les bilans neuropsychologiques et comportementaux pré et post-op d’une cohorte de patients opérés sur le CHU de Nice, puis nous les avons corrélés avec les paramètres de stimulation et leurs imageries cérébrales postopératoires, analysées à l’aide d’un atlas histologique déformable 3 D des ganglions de la base.
Résultats :
Dans le groupe ayant présenté des TCI de novo en post-op, plus de 3/4 des patients étaient stimulés dans la zone associative. Dans le groupe dont les TCI avaient disparus en post-op, la moitié des contacts actifs se trouvaient à l’extérieur du NST. Chez les patients ayant présenté des TCI en pré-op et en post-op, plus de la moitié des contacts stimulants se trouvaient dans la zone associative. Chez les patients n’ayant présenté aucun TCI en pré ni post-op, plus de la moitié des plots actifs se trouvaient en dehors du noyau.
Discussion :
Les résultats de notre étude sont en faveur d’une corrélation entre la localisation anatomique des plots stimulants au niveau de la zone associative du NST et la survenue ou la persistance de TCI. Il semblerait toutefois que la position des contacts actifs ne soit pas suffisante pour expliquer l’apparition de ces troubles psycho-comportementaux. Ainsi, d’autres facteurs, tels que l’impulsivité, le traitement dopaminergique et la dénervation mésolimbique interindividuelle, pourraient être impliqués.
Conclusion :
Notre étude permet d’établir un lien entre la localisation précise des contacts actifs au sein des subdivisions fonctionnelles du NST et l’apparition de troubles du contrôle des impulsions. Un travail de recherche prospectif serait toutefois à mener sur cette problématique afin de confirmer ces données préliminaires.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01427204
Contributeur : Bibliothèque Universitaire De Médecine de Nice <>
Soumis le : jeudi 5 janvier 2017 - 13:31:25
Dernière modification le : jeudi 11 janvier 2018 - 16:46:51
Document(s) archivé(s) le : jeudi 6 avril 2017 - 13:46:13

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01427204, version 1

Citation

Robin Kardous. Troubles du contrôle des impulsions dans la maladie de Parkinson après stimulation cérébrale profonde : impact de la localisation des contacts stimulants. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01427204〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

90

Téléchargements de fichiers

234