« Étranger l’autre » ou l’éthique mise en œuvre par la folie. D’une théorie de l’autisme chez Fernand Deligny

Résumé : Un double enjeu se dégage au prisme de la vie en marge avec les enfants fous, dits désocialisés parce que dépourvus du langage. A partir du moment où l’autisme n’est plus considéré comme une déficience, il s’agit de penser le commun hors du social, donc hors du langage. Ce qui, chez Deligny, s’élabore au travers d’une critique de l’intersubjectivité en son caractère normatif, assignant chaque individu à être une personne. Est alors commun tout ce qui n’est ni l’un, ni l’autre, ni surtout la relation entre l’un et l’autre. Comment alors avoir rapport à l’autre en tant qu’autre, c’est-à-dire sans le supposer ou le croire terme de la relation ? Sous quelles conditions la thèse selon laquelle respecter l’altérité en tant que telle suppose d’admettre l’absence de relation à l’autre, est-elle tenable ? Ce qui caractérise l’œuvre de Deligny, c’est qu’il pose chaque problème pratiquement, et confier au réseau la tâche d’œuvrer la solution, que celle-ci soit pratique, théorique ou artistique. On demandera donc comment la mise en œuvre d’une relation asyntaxique et hors relation, défaisant le lien de l’un à l’autre, peut refonder l’éthique. Mais si cette démarche se dégage de toute perspective clinique en prenant son départ de l’impuissance de l’homme dit normal à comprendre un mode d’être étranger au sien en ceci qu’il n’est pas celui d’un sujet de langage, quel rapport entre la critique de la personne et la fondation d’une éthique voulue apersonnelle ? Il ne s’agira donc pas tant d’interroger la valeur théorique des propositions de Deligny, que la recherche formelle qu’elles constituent : c’est là, en effet, l’originalité de Deligny que de donner une limite éthique et non théorique à la pensée. La découverte de l’humain (autiste) en l’homme (personne, sujet du langage) est l’aboutissement d’une expérimentation critique visant à parer aux effets de domination corrélatifs de toute relation entre sujets. De la prise de conscience de cette malencontre du pouvoir, dit Deligny, il faut remonter à la maldonne de l’être divisé en l’un et l’autre par le langage. Et pour cela, passer de l’expérimentation à la théorisation en élaborant le thème de la dualité antipodique de l’homme et de l’humain : en tout individu, l’humain étranger au langage coexiste avec la personne, sujet du langage. L’affirmation d’une dualité radicale est, pour Deligny, la manière de contrer l’effet aliénant de la relation de l’un à l’autre : respecter l’autre, ce n’est pas le comprendre, c’est l’étranger. Dès lors, à quel niveau (imaginaire, social, langagier) travailler de façon à libérer réellement de l’homme l’humain en l’homme ? L’œuvre de Deligny recherche donc les modalités d’une émancipation réelle, en ce qu’elle tente de faire émerger en l’homme une représentation de lui-même qui ne se fonde pas sur l’élusion/exclusion de l’humain, et telle qu’elle modifie réellement le rapport de l’homme à ses conditions propres d’existence. Rendre compte de la teneur des textes implique de montrer en quoi ils se prêtent à une réelle conceptualisation philosophique, non pas seulement à une inscription contextuelle, un commentaire littéraire ou une rêverie poétique – c’est-à-dire de dégager tout autant les problèmes posés par Deligny que les champs où ils s’expriment, et trouver une terminologie qui leur est adéquate. Car cette démarche se situerait alors volontairement à la limite de la loi du langage. C’est pourquoi l’on parlera de démarche transgressive, en ce qu’elle œuvre la limite même à laquelle elle se heurte. Ce qui questionne le rôle de la “folie” dans la définition de l’humanité que tente d’œuvrer le réseau à partir des limites que lui donne le langage en sa qualité de loi symbolique : marge – ou dehors ?
Type de document :
Mémoires
Philosophie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [30 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01430055
Contributeur : Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Ufr Philosophie <>
Soumis le : lundi 9 janvier 2017 - 14:45:44
Dernière modification le : vendredi 29 septembre 2017 - 22:31:36
Document(s) archivé(s) le : lundi 10 avril 2017 - 15:00:15

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01430055, version 1

Citation

Coline Fournout. « Étranger l’autre » ou l’éthique mise en œuvre par la folie. D’une théorie de l’autisme chez Fernand Deligny. Philosophie. 2016. 〈dumas-01430055〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

226

Téléchargements de fichiers

1978