L'avortement « criminel » en Seine inférieure de 1830 à 1940‎ : moeurs, sexualité et « biopolitique » à travers les archives judiciaires

Résumé : L’avortement « criminel » a été longtemps examiné comme un attentat contre la nation en France jusqu’à sa lente dépénalisation en 1975. La pratique abortive clandestine du XIXe siècle se modernise profondément et souligne une transformation sexuelle, morale et sociétale de la population française. Dans le contexte d’une dénatalité alarmante, les autorités françaises luttent contre ce « fléau » en instaurant une « biopolitique » autoritaire, inégale et inefficace. La lecture des archives modernes judiciaires de Seine Inférieure de 1830 à 1940, permet d’éclairer sur les pratiques sexuelles d’une classe populaire et de ses moeurs dont les contraintes sociales traditionalistes sont fortement ancrées. La Belle Époque est une période de transition où les femmes s’émancipent du « devoir conjugal » : elles refusent leur rôle de procréation en maîtrisant leur fécondité. Les pratiques anticonceptionnelles s’introduisent progressivement dans les conduites privées dans la première partie du XXe siècle. Ce crime contre l’individu et contre la nation est, néanmoins, enlisé dans une prohibition souple des déviants : fréquence d’inculpations infimes comparativement à la globalité des avortements clandestins, indulgence des jurés populaires envers les avortées, et dans une moindre mesure pour les avorteurs... La presse de la IIIe République a un rôle primordial dans la diffusion de l’information et contribue au processus de dénonciation des actes abortifs. La population ciblée est inégale : les filles-mères abandonnées et les avorteuses « familières » sont exposées au banc des accusés dénoncées par les lettres anonymes, lorsque la discrétion de la classe bourgeoise échappe à la répression judiciaire. Enfin, l’ambivalence de la profession médicale face à l’autorité judiciaire, témoin d’une pratique criminelle et contenue au devoir de la confidence, reste favorable à la patiente et au respect du secret professionnel. La clandestinité de l’avortement s’inscrit dans une mutation sociale d’une libéralisation des mœurs à travers l’époque moderne. Cette transformation se poursuit avec le basculement sociétal d’une contrainte de fécondité et d’un crime contre la nation en l’acquisition d’une liberté fondamentale de refuser de procréer et la reconnaissance de l’égalité citoyenne de la femme. Le débat sur l’avortement persiste encore de nos jours en Europe sur la légitimité de l’IVG.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [21 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01446850
Contributeur : Bibliothèque Universitaire Rouen <>
Soumis le : jeudi 26 janvier 2017 - 13:16:26
Dernière modification le : mardi 5 juin 2018 - 10:14:34
Document(s) archivé(s) le : vendredi 28 avril 2017 - 08:32:48

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01446850, version 1

Citation

Benjamin Soudais. L'avortement « criminel » en Seine inférieure de 1830 à 1940‎ : moeurs, sexualité et « biopolitique » à travers les archives judiciaires. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01446850〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

119

Téléchargements de fichiers

1092