La paralysie cérébrale des enfants nés prématurés de 2007 à 2013 au CHU de Rouen

Résumé : La paralysie cérébrale, conséquence de lésions cérébrales acquises pendant le développement, est le trouble moteur le plus fréquent chez les prématurés. Sa prévalence a tendance à stagner depuis plusieurs années. Évaluer l’évolution de cette pathologie est important pour améliorer les connaissances physiopathologiques, encore mal comprises et la prise en charge de l’enfant prématuré durant la période de développement. L’objectif principal est d’étudier l’incidence des paralysies cérébrales à l’âge de 2 ans chez les enfants nés prématurés entre 2007 et 2013 au CHU de Rouen. Une description des caractéristiques cliniques des paralysies cérébrales et une étude statistique de l’influence de facteurs obstétricaux et néonataux ont été effectuées dans un second temps. Une étude observationnelle monocentrique, descriptive et rétrospective a été réalisée. Les prématurés nés avant 33 semaines d’aménorrhée et hospitalisés en période néonatale au CHU de Rouen entre 2007 et 2013 ont été inclus. Les enfants devaient être venus en consultation à l’âge de deux ans. Les critères obstétricaux, néonataux et à l’âge de deux ans ont été recueillis à partir des dossiers informatiques. Les études statistiques ont été réalisées à partir du logiciel SAS 9.3. 4,2 % soit 44 enfants sur 1049 enfants inclus avaient une paralysie cérébrale sur les 7 années étudiées. Le taux d’incidence variait de 1,2 % à 9,0 % sans évolution significative. 86,4 % de ces 44 enfants avaient une forme clinique spastique. Parmi ces 44 enfants, 34,1 % ne pouvaient pas marcher à l’âge de 2 ans. 34,1% n’avaient pas de lésions cérébrales sur les imageries néonatales, 50 % avaient une leucomalacie périventriculaire, 34,1% avaient une hémorragie intra-ventriculaire. En analyse univariée, les facteurs de risque de survenue de paralysie cérébrale étaient : un score Apgar inférieur à 4 à 5 minutes de vie (p = 0,016), une infection materno-foetale (p = 0,003), une hémorragie intra-ventriculaire (p < 0,0001) et une leucomalacie périventriculaire (p < 0,0001). Le sulfate de magnésium administré en anténatal avait un risque relatif de 0,56 (p = 0,06). En analyse multivariée, l’hémorragie intra-ventriculaire et la leucomalacie périventriculaire étaient significativement des facteurs de risque, avec respectivement p = 0,007 et p < 0,0001. Actuellement, nous ne disposons pas de traitement curatif de la paralysie cérébrale. C’est en diminuant la morbidité néonatale et en continuant la recherche sur les molécules neuroprotectrices que nous pourrons diminuer la survenue de paralysie cérébrale.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [77 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01456838
Contributeur : Bibliothèque Universitaire Rouen <>
Soumis le : lundi 6 février 2017 - 09:17:58
Dernière modification le : jeudi 7 décembre 2017 - 12:34:13
Document(s) archivé(s) le : dimanche 7 mai 2017 - 12:36:21

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01456838, version 1

Citation

Emmanuelle Bertrand. La paralysie cérébrale des enfants nés prématurés de 2007 à 2013 au CHU de Rouen. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01456838〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

29

Téléchargements de fichiers

79